Rahner im Kreuz-Verhör. Das System Karl Rahners zuendegedacht

NRT 126/4 (2004) p. 673
Recensor : Renwart
Vogels H.-J., Rahner im Kreuz-Verhör. Das System Karl Rahners zuendegedacht, Bonn, Borengässer, 2002, 22x16, 78 p., 9.80 €. ISBN 3-923946-57-0
Dans ces pages, qui se présentent comme un examen approfondi (zuendegedacht) du système de Karl Rahner, Hans-Jürgen Vogels publie le dossier de sa controverse. Une première partie reprend l'article publié par lui en 1989 dans Wort und Wahrheit. Un second chapitre donne un aperçu de sa discussion avec un défenseur de Rahner, Ralf Miggelbrink (ibid., 1990). Le reproche fondamental de V. s'appuie sur la proposition de Rahner de remplacer dans les exposés trinitaires le mot personne appliqué au Père, au Fils et à l'Esprit Saint par l'expression «mode distinct de subsistance». Son motif est l'évolution du mot personne dans le langage courant: il s'applique désormais à des êtres distincts doués de leur propre intelligence et de leur propre volonté. L'accueil plutôt négatif de cette suggestion par les théologiens est resté au même niveau, le langage: il n'y a guère d'intérêt à remplacer un terme devenu courant par une expression ésotérique qui aurait eu besoin exactement des mêmes correctifs. Ce n'est que récemment qu'on a voulu donner une portée doctrinale à ce projet avorté. Il serait l'indice d'un glissement (sans doute inconscient) de Rahner vers un refus de toute distinction réelle à l'intérieur de la Trinité. Or ce rejet mettrait en cause les dogmes essentiels: christologie, Trinité, incarnation, sotériologie. C'est pourquoi, conclut V., il est nécessaire de s'y opposer au nom de la foi chrétienne (conclusion de la première partie).
L'examen d'une telle «erreur» aux nombreuses «métastases» supposerait une recherche dont l'étendue dépasse de loin les limites d'un compte rendu. Bornons-nous à signaler un point, ce que Rahner dit de la conscience humaine qu'a Jésus d'être le propre Fils de Dieu. Ses pages, les plus éclairantes que nous connaissions sur le sujet, montrent de façon remarquable la nécessité de cette conscience, sa croissance progressive au fur et à mesure du développement humain de Jésus et ses limites . Or ces pages sont tout entières explicitement basées par Rahner sur le dogme de l'Incarnation tel que l'a défini Chalcédoine.
L'A. acceptera entre-temps, nous l'espérons, que nous gardions à Rahner et à sa doctrine toute l'estime que nous avons pour eux, ce qui ne nous empêche pas d'admirer aussi l'ampleur et le sérieux de sa recherche. - L. Renwart, S.J.

© NRT, all rights reserved - Nouvelle Revue Théologique, Boulevard Saint-Michel 24 - 1040 Bruxelles - Tél. +32 (0)2 739 34 80 - secretariatnrt.be

Printed from : www.nrt.be