From Prophet to Priest. The Characterization of Aaron in the Pentateuch

J.D. Findlay
Sagrada Escritura - Census taker : Didier Luciani
Aucune monographie extensive, hormis celle de Heinrich Valentin (Aaron : Eine Studie zur vor-priesterschriftlichen Aaron-Überlieferung, Fribourg, 1978) n'a jusqu'ici été consacrée à la figure biblique d'Aaron. James D. Findlay a voulu combler ce vide, mais comme l'indique aussitôt le titre de son ouvrage, sa perspective globalement synchronique est assez différente de celle de son prédécesseur (characterization vs vor-priesterschriftlichen Überlieferung). Après un état de la question et une présentation de la méthodologie (chap. 1), chaque chap. analyse une péricope précise : Ex 7-11 (chap. 2) ; Ex 32-34 (chap. 3) ; Lv 8-10 (chap. 4) ; Nb 12 (chap. 5) ; Nb 16-17 (chap. 6) ; et enfin Dt 9-10 (chap. 7). Certes tous ces textes parlent bien d'Aaron, mais la première question qui se pose est tout de même de savoir quels critères ont présidé à ce choix. Aaron apparaît 301 fois dans la Torah, et bien d'autres textes (Ex 4-6 ; Nb 3 ; etc.) auraient mérité de figurer dans le corpus. Sur ce point, l'A. reste silencieux. Du point de vue méthodologique, chaque texte est étudié selon deux modalités différentes et chaque chap., en conséquence, est structuré en deux étapes : 1) « Form-critical analysis » (structure, genre, setting, intention) ; 2) « Literary critical analysis ». Si cette double approche est légitime, elle comporte toutefois deux écueils : le manque d'articulation (comment les deux approches interagissent) et la répétition. Pour se rendre compte du problème, il suffit de comparer, p. ex., les deux analyses à propos d'Ex 7,2, selon la critique des formes (p. 41) et selon l'analyse littéraire (p. 60). Le même genre de phénomène se retrouve dans la conclusion : « Thus, though Aaron is designated as Moses' prophet (Ex 7:1), he appears to be more of Moses' « assistant » than his « prophet ». In fact, Aaron functions as a powerful « worker of wonders » alongside Moses » (p. 386, selon la critique des formes) ; « Oddly, Aaron is called a « prophet » in this unit (Ex 7:1), but rarely acts like one. Instead, he is depicted as an « assistant miracle worker », as an adjunct to Moses » (p. 387, selon l'analyse littéraire). D'une page à l'autre, il est difficile de voir la progression et le surplus de sens. La recherche menée par Findlay n'est sans doute pas vaine, mais si les deux méthodes aboutissent ainsi à des résultats si proches, on est en droit de se demander si l'application rigoureuse et appliquée d'une seule des deux n'eut pas finalement été plus féconde. Une bibliographie récapitulative fait défaut. - D. Luciani

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80