La science bienheureuse du Christ simul viator et comprehensor. Selon les commentaires bibliques et la Summa theologiae de saint Thomas d'Aquin

Charles Rochas
Teología - reviewer : Marie-David Weill c.s.j.

C. Rochas, prêtre de la Communauté de l’Emmanuel, a amplement mérité le prix Henri de Lubac 2019 pour la contribution que son ouvrage, issu de sa recherche doctorale, apporte à la christologie. Plusieurs avant lui (M. Levering, Th.J. White, E. Durand, S.F. Gaine…) ont récemment écrit pour étudier et se réapproprier la doctrine de saint Thomas d’Aquin, pour qui le Christ jouit déjà dans les sommets de son âme, dès cette terre, de la vision béatifique du Père. Là où Levering se concentre surtout sur une approche historique de la Somme théologique, les trois auteurs dominicains, quant à eux, adoptent une approche systématique de l’Écriture et de la Tradition.

C. Rochas apporte à l’édifice une richesse nouvelle et essentielle, la mine d’or des commentaires bibliques : avant d’entrer dans la Somme (chap. 4), l’ouvrage propose une étude exhaustive des passages de Thomas d’Aquin sur la science bienheureuse du Christ dans les commentaires de l’Évangile de Matthieu (chap. 1), de l’Évangile de Jean (chap. 2) et de la Lettre aux Hébreux (chap. 3).

Plutôt qu’à une pensée directement systématique, nous sommes donc introduits au cœur même des mystères de la vie du Verbe incarné (c’était bien l’intention de Thomas lui-même, présentant longuement ces mystères de la vie du Sauveur dans les Q. 27 à 59 de la Tertia pars).

À plusieurs reprises, Jésus montre qu’il connaît tout sur le cœur de l’homme, la vie de ses interlocuteurs et les événements, y compris à venir. Entre l’excès de lumière de la Transfiguration sur le mont Thabor et l’obscurité opaque du grand cri d’abandon sur la Croix, qu’en est-il de la science bienheureuse de Jésus et de sa science acquise ?

Comment comprendre que celui qui resplendit de la « gloire qu’il tient de son Père, comme Fils unique plein de grâce et de vérité » (Jn 1,14) est le même qui, fatigué par la route, mendie de l’eau au bord du puits, pleure devant la mort de son ami Lazare et boit jusqu’à la lie le calice de l’abandon ? La théologie nous invite ici à nous mettre à genoux. — M.-D. Weill

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80