Les identités en formation. Rabbis, hérésies, premiers chrétiens

Dan Jaffé
Historia - Census taker : Didier Luciani
Dans ce nouvel ouvrage, Dan Jaffé continue à creuser son sillon (voir NRT 134, 2012, p. 284-289) : l'histoire du début de notre ère et de la séparation entre juifs et chrétiens. L'ouvrage en quatre sections se compose de dix-sept études (dont 8 inédites). Hormis la cinquième section (« Judaïsme médiéval et islam ») nettement hors-cadre, le reste constitue un dossier unifié autour de ce qu'on a pris l'habitude de nommer the parting of the ways. La première section (« Le judéo-christianisme dans la littérature talmudique ») aborde cette question de la séparation du point de vue des sources talmudiques en étudiant, d'une part, des traditions concernant Rabbi Eliézer ben Hyrcanos et sa probable attirance pour le judéo-christianisme et, d'autre part, les traces d'une éventuelle connaissance, chez les Tannaïm, de l'évangile de Mt. À travers ces témoignages sur la manière dont les sources juives anciennes se représentent le christianisme apparaît l'enjeu crucial de la formation d'une identité qui se construit dans un jeu complexe de séduction et d'opposition. Dans la seconde section (« Talmud, christianisme et judéo-christianisme. Histoire d'une polémique »), l'A. illustre, grâce à quatre éclairages différents (le Dialogue avec Tryphon de Justin, la circoncision chez Ignace d'Antioche, la Birkat ha-minim, la pratique de guérison par la salive), comment toute polémique et toute réfutation présupposent toujours un terrain d'entente et la reconnaissance de valeurs communes. La troisième section (« Judaïsme ancien. Texte et contexte ») explique pourquoi, après la destruction du temple, les idées de « martyr », de « messianisme » et de « rédemption » furent en quelque sorte « neutralisées » par les Sages au profit d'une vision plus rationalisante et halakhiquement unifiée de la religion, et cela afin d'éviter toute exaltation incontrôlée et potentiellement génératrice de nouvelles catastrophes. La quatrième section (« Études historiographiques ») permet à l'A. de conclure prudemment : « Il semble (…) que le Parting of the ways est la conséquence du discours des élites (…). Ce sont les dirigeants des deux communautés (…) qui engendrèrent un processus qui - de leur point de vue - se clôture au iie siècle. Ce processus témoigne à n'en pas douter d'une volonté édificatrice ; il s'agit en effet de construire et de marquer les frontières de l'identité. Est-ce à dire que ce processus fut entendu et appliqué par les communautés juives et chrétiennes ? Rien ne permet de l'assurer » (p. 443). Pas sûr non plus que le débat historique soit clos. - D. Luciani

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80