Philosophie et théologie dans la pensée de Martin Heidegger

Ph. Capelle
Filosofía - Census taker : Hubert Jacobs
Depuis les années 1930, plusieurs approches ont tenté d'élucider le rapport de Heidegger à la foi et à la théologie. Quatre traits, au jugement de l'A., peuvent les rassembler: diagnostic d'une version sécularisée de la théologie chrétienne, doublé d'une théologie des concepts fondamentaux de l'analytique du Dasein; délimitation des champs thématiques et conceptuels entre la philosophie et la théologie; mise à l'épreuve de la déconstruction onto-théologique; confrontation de la thématisation heideggérienne de la question de Dieu avec la tradition chrétienne et la tradition juive. Ces analyses ont laissé sans solution pas mal de problèmes, irrésolus chez Heidegger lui-même. Plusieurs inédits du philosophe publiés depuis vingt ans et les recherches sans cesse menées à son propos permettent de reprendre ces questions à frais nouveaux. Ce fut la tâche du présent ouvrage, et ses apports sont remarquables. Ph.C. a situé son travail sous deux thèses, liées l'une à l'autre. La première pose que la pensée heideggérienne s'est élaborée dans la tension permanente entre philosophie et théologie. La seconde tient que les rapports entre philosophie et théologie y obéissent à une triple topique. Il importe d'abord de remarquer qu'une analyse à la fois synchronique et diachronique fait apparaître la plurivocité des termes de philosophie et de théologie. Celle-ci, en effet, se rapporte tantôt à la théologie néotestamentaire, tantôt à la théologie comme constituante de la métaphysique occidentale, tantôt à une nouvelle quête du divin et du dieu. Quant à la philosophie, elle signifie soit le questionnement qui se saisit de la question de l'être, soit le parcours achevé de la métaphysique occidentale, soit la simple codification disciplinaire de l'expérience de la pensée.
En ce qui concerne les rapports entre philosophie et théologie, l'A. distingue chez Heidegger une triple problématique. La première s'interroge sur la relation entre philosophie et théologie scripturaire: ici la science ontologique, appliquée à la seule question de l'être, est en débat avec la théologie chrétienne qui est science ontique, élaborée à partir de la foi. La deuxième fait apparaître la solidarité de la philosophie et de la théologie, où se dévoile la constitution onto-théo-logique de la métaphysique. Quant à la troisième, elle révèle un rapport nouveau, celui qui distingue pensée de l'être et attente du dieu, par delà toute référence chrétienne ou anti-chrétienne. L'A. s'attache à examiner cette triple topique pour ressaisir ensuite les motifs et le processus de leur élaboration, et pouvoir ainsi interroger, à l'intérieur de ces perspectives mises en lumière, la nature des rapports entre philosophie et théologie. Ces rapports apparaissent comme une tension du penser même de Heidegger. Trois termes peuvent les caractériser: l'enracinement catholique qui ouvre au questionnement philosophique; la dette envers la théologie qui a permis l'herméneutique heideggérienne de la facticité et de l'ouverture des contenus théologiques à l'horizon ontologico-temporal; la provenance, enfin, qui révèle l'écart de la philosophie vis-à-vis de la théologie et le temps inachevé de leur conversation, car «provenance, à qui va plus loin, demeure toujours avenir». - H. Jacobs, S.J.

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80