Seder Eliyahu. A Narratological Reading

Constanza Cordoni
Religiones - Census taker : Didier Luciani
Le Seder Eliyahu (ou Tanna devei Eliyahu) dont il est question ici est un texte juif dont la nature (midrash ou aggada éthique, oeuvre semi-midrashique, traité moral exotérique, etc.), la date (entre le iiie et le xie s., avec, aujourd'hui, une nette préférence pour le ixe s.) et le lieu de composition (Palestine, Babylonie, Italie, etc.) ont déjà été âprement discutés. Le fait qu'il soit, en outre, composé de deux parties distinctes et assez différentes l'une de l'autre (Seder Eliyahu Rabbah et Seder Eliyahu Zuta) ne facilite pas sa perception et la compréhension de son objet. Enfin, il présente quelques caractéristiques particulières qui le distinguent de la littérature post-talmudique classique et qui en font une oeuvre sui generis. Parmi ces traits, l'un des plus remarquables est sans doute l'usage de la première personne (le « je » du narrateur), forme inhabituelle du discours narratif dans la littérature rabbinique. Un autre est la présence assez massive de paraboles (70) remplissant une fonction illustrative et rhétorique. Ces caractéristiques et bien d'autres avaient déjà été repérées depuis longtemps par nombre de savants. Mais là où Cordoni manifeste son originalité et sa nouveauté, c'est qu'elle applique une méthodologie associant étude littéraire des textes rabbiniques et pratique de la narratologie sur une source qui n'est pas une fiction narrative. Il suffit de citer Strack-Stemberger à propos de cette même oeuvre pour mesurer le chemin parcouru et le changement de paradigme : « Rares sont les textes rabbiniques tardifs, tels SER [Seder Eliyahu Rabbah] qui se réfèrent à d'authentiques personnalités d'écrivains dont l'intention se détache sans grandes difficultés de la tradition. C'est la raison pour laquelle c'est précisément un travail sur SER qui a le mieux appliqué la méthode de l'histoire rédactionnelle à un texte rabbinique » (H.L. Strack, G. Stemberger, Introduction au Talmud et au Midrash, Paris, Cerf, 1986, p. 82). Quoi qu'il en soit, une telle étude représente une avancée certaine dans notre connaissance de cette période capitale dans l'histoire juive qui marque la transition entre le monde rabbinique de la tradition et celui, inauguré par Saadiah Gaon, d'oeuvres clairement attribuées à des auteurs individuels. - D. Luciani

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80