« Consolad, consolad a mi pueblo ». El tema de la consolación en Deuteroisaias

NRT 133/4 (2011) p. 648
Recensore : Radermakers
García Fernández M., « Consolad, consolad a mi pueblo ». El tema de la consolación en Deuteroisaias, coll. Analecta Biblica 181, Roma, Gregorian & Biblical Press, 2010, 15x21, 470 p., 35 €. ISBN 978-88-7653-181-1
Il convenait qu'une thèse doctorale présentée à l'Univ. Grégorienne de Rome sur le thème de la consolation en Is 40-55 soit l'oeuvre d'une religieuse de la Congrégation de Notre-Dame de la Consolation, travaillant sous la direction expérimentée des prof. P. Bovati et N. Calduch-Benages. La défense eut lieu en décembre 2008 et, maintenant déjà, l'A. enseigne l'Écriture à l'Univ. de Comillas et à la Faculté de théologie de Vitoria-Gasteiz. Devant la souffrance du monde, l'A. recherchait la consolation authentique venant de Dieu, et la Bible lui répondait en lui présentant Dieu consolant son peuple Israël et le rejoignant intimement au coeur de sa détresse dans la communion de deux libertés. L'A. divise son étude en trois parties, après une introduction concernant l'objet et la méthode de travail. Une 1ère partie propose une phénoménologie générale de la consolation à partir de la racine hébraïque nhm: concept de consolation, syntagme et organisation paradigmatique (action, effet, réaction). Suit une longue analyse des éléments qui composent l'action consolatrice dans un processus de purification et de pacification intérieure. Une 2e partie développe minutieusement le thème de la consolation dans ce qu'on appelle le Deutéro-Isaïe: d'abord les chap. 40,1-11 et 54-55 avec l'impératif initial et l'entrée en alliance nouvelle; ensuite successivement dans le corps des chapitres 40,12-48,22, 49,1-52,12 et de façon plus précise encore dans la personne du Serviteur offrant sa souffrance pour la communauté (acceptation, sacrifice, sagesse) au Dieu activement présent dans l'histoire du peuple (52,13-53,12). L'étude de ces chapitres toute en finesse manifeste une grande sensibilité aux nuances de l'hébreu et au dynamisme qui parcourt le texte. Enfin la 3e partie présente organiquement l'acte consolateur dans la rencontre de Dieu et de l'humanité en détresse, jusqu'à la transfiguration de Sion. Quelques pages de conclusion achèvent de mettre en évidence la profondeur intime de l'action de Dieu consolateur. Une excellente thèse à la fois proche du texte que l'A. fait parler avec compétence, et transparente d'une compréhension vive et spirituelle de la souffrance humaine. Les spécialistes d'Isaïe goûteront cette étude et les étudiants en théologie pourront la prendre pour modèle. La bibliographie de quarante pages atteste le sérieux de l'information. Souhaitons bon succès à la jeune enseignante. - J. Radermakers sj

© NRT, all rights reserved - Nouvelle Revue Théologique, Boulevard Saint-Michel 24 - 1040 Bruxelles - Tél. +32 (0)2 739 34 80 - secretariatnrt.be

Printed from : www.nrt.be