Caminar en el Espíritu. El pensamiento ético de S. Pablo

L. Alvarez Verdes cssr
Morale e diritto - Census taker : Jean Radermakers s.j.
L'A. de ce volumineux traité de morale paulinienne est Rédemptoriste, docteur en Sciences bibliques de l'Institut Pontifical de Rome, et depuis une trentaine d'années professeur de morale biblique à l'Academia Alphonsiana de la Faculté universitaire du Latran. Il a publié sur le sujet de nombreux articles et un livre dont la substance est reprise dans celui-ci. À le lire, on perçoit qu'il considère Paul comme son maître à penser.
Deux parties divisent l'ouvrage. La première, qui court sur 130 pages, comprend une brève introduction et un exposé de la méthode structurale utilisée à propos de l'éthique néotestamentaire et des principes d'interprétation mis en oeuvre, à la fois christologiques et sociologiques tant sur le plan de l'analyse que sur celui de la synthèse; l'A. s'étend aussi sur la portée et les limites de la méthode sociologique en matière d'éthique biblique.
La seconde partie, qui couvre près de 300 pages, se divise en trois sections. La première examine «l'impératif chrétien», centré sur la Loi du Christ comme mode indicatif, c'est-à-dire sur la suite de Jésus. Avec Paul (Rm et 1 Co), il s'efforce de déterminer la part de la «raison éthique» (nous) et de cerner le rôle de la «conscience morale» (suneidêsis), avant de faire ressortir, à la lumière de Ga 5-6, la libération que procurent la morale christique et le sens de la «justice» (dikaiosunê) dont parle Rm 6. L'A. étudie ensuite les rapports entre charismes et morale (Rm 5-6) et les dimensions charismatiques de l'apostolat de Paul. La deuxième section s'interroge sur la «projection sociale» de l'impératif chrétien pour voir comment il s'y réalise. Dans ce cadre, il examine la koinônia en rapport avec la solidarité chrétienne et le sens de la «maison familiale» comme église dans les communautés pauliniennes, les questions d'indissolubilité et du divorce dans le mariage chrétien, puis l'impératif de la paix. La troisième section a pour objet la relation entre la sotériologie et l'éthique chrétienne; sur ce point, l'A. consacre un chapitre aux modèles sotériologiques présents dans le N.T., et il couronne son étude par un éclairant exposé sur la résurrection comme centre de la christologie paulinienne, en commentant Rm 1,1-7.
L'A. connaît admirablement l'oeuvre de saint Paul qu'il cite ou évoque constamment au cours de ses pages parfois ardues, car elles étalent un vocabulaire particulier accessible aux seuls initiés. On en conclut que l'A. s'adresse surtout aux spécialistes en éthique philosophique et en théologie morale. Si l'on demeure impressionné par ce monument scientifique, il faut avouer que Paul lui-même ne s'y reconnaîtrait pas toujours, lui qui vient du judaïsme et s'en inspire tout naturellement, ce que l'A. n'explique guère, malgré l'abondance et le sérieux de sa documentation. - J.R.

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80