Sens et interprétations du Cantique des Cantiques. Sens textuel, sens directionnels et cadre du texte

Jean Emmanuel de Ena
Sacra Scrittura - Census taker : Jean Radermakers s.j.
Cet important volume, le n° 194 de la collection Lectio divina qui en fait la consécration, est le fruit du travail d'un jeune frère carme qui a abouti à une thèse de doctorat remarquée soutenue à Strasbourg en novembre 2001, entreprise sous la direction des Pr. J. Rouiller et A. Schenker. Dans le sillage d'A.-M. Pelletier, qui défendit à Rome une thèse brillante sur la réception du Cantique dans la tradition judéo-chrétienne (1989), l'A. se pose la question: «Pourquoi et comment un seul et même texte peut-il donner lieu à des interprétations aussi diverses, voire si contradictoires?» (p. 14). D'où son hypothèse de travail: la multiplicité des interprétations ne serait-elle pas porteuse de sens pour le Cantique lui-même?
Il construit sa démarche en trois étapes. Le conflit des interprétations du Cantique mène à une interrogation sur la notion de «sens du texte» (p. 94). Ayant éclairé l'enjeu du débat, il analyse à travers six auteurs diverses situations herméneutiques: trois commentaires anciens: Origène, Guillaume de Saint-Thierry et Jean de la Croix, et trois interprètes modernes: Othmar Keel (érotique), Gianfranco Ravasi (symbole) et André Robert (allégorie). La troisième partie est une application herméneutique à trois passages significatifs du Cantique: examen du titre (Ct 1,1) et du prologue (Ct 1,2-4), puis du triple refrain adressé aux filles de Jérusalem (Ct 2,7; 3,5; 8,4).
Quel est le bilan de ce travail? «Offrir quelques règles herméneutiques sur 'le mode d'emploi' de la 'clé du sens' en rendant compte de ce qui provoque le conflit des interprétations autour du Cantique» (p. 403).
Ouvrage austère mais plein d'intérêt qui donne à penser à partir des réflexions herméneutiques de l'A. C'est donc moins une recherche du «sens» que des possibilités variées de sens qu'éclaire chacune des interprétations proposées au cours de l'histoire, et dans certaines limites infranchissables, sous peine de provoquer des contresens. Cette étude intéressera surtout les exégètes et les passionnés d'étude du langage interprétatif, philosophes ou théologiens. Il constitue ainsi un complément réflexif au remarquable essai d'A.-M. Pelletier sur le Cantique (1989). - J. Radermakers sj

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80