Une approche juive du Nouveau Testament

Fr. Manns
Sacra Scrittura - Census taker : Jean Radermakers s.j.
Nous savons gré à l'A., professeur d'exégèse au Studium biblicum franciscanum de Jérusalem, de continuer à nous offrir le fruit de ses patientes recherches. Cet essai s'inscrit à la suite d'autres ouvrages d'introduction au judaïsme du Ier siècle comme milieu d'enracinement et de formation du NT (cf. NRT 117 [1995] 925; 119 [1997] 259). L'évangile, en effet, est plus proche du Midrash et de la Mishna que de nos théories modernes. Ce que l'A. nous donne à voir et à palper tout au long de ces pages, c'est la manière dont l'enseignement de Jésus, sa formation humaine et l'interprétation de l'évangile puisent dans le milieu juif palestinien. La première partie de l'étude envisage les problèmes de méthode, en référence au document de la Commission biblique pontificale sur l'interprétation de l'Écriture (1994), qui distingue entre «méthodes» et «approches», parmi lesquelles l'A. épingle «l'approche juive». Il est donc utile de se familiariser avec l'enseignement des rabbins en rapport avec celui de Jésus, avec l'herméneutique pharisienne et les techniques littéraires de l'époque.
Dans les quatre autres parties, l'A. relit successivement les évangiles de Matthieu et de Luc, puis la tradition johannique (un autre volume étant déjà consacré au quatrième évangile; cf. NRT 115 [1993] 108), et enfin les lettres catholiques. Il relève des termes, des expressions typiques, des tournures, des modes d'enseignement qui ne se comprennent bien que sur fond de judaïsme, et il éclaire ainsi quantité de passages, leur conférant soudain une profondeur nouvelle. Ainsi une tradition rabbinique sur le don de la Loi est repérée en Mt 22,1-10 et Rm 11,30-32. En ce qui concerne Luc, il reprend l'hypothèse de sa priorité chronologique et il s'efforce d'en retrouver la source: le Liber antiquitatum biblicarum. Il détecte des traces de prière juive en Lc 1,68-69, le cantique de Zacharie, puis des traditions rabbiniques en Lc 4, Lc 7,47 et Lc 24,32. Une source judéo-chrétienne contre les baptistes est perceptible en Jn, comme en 1 Jn 3,4 et en Ap 12,10. Dans les épîtres catholiques, c'est principalement Jc 5 et 1 P 3 qui sont pris en considération.
Une conclusion, trop brève, fait le point. Les considérations de l'A., notamment à propos de Lc, sont-elles décisives? Non pas, mais pourtant éclairantes, surtout pour ceux qui ont tendance à attirer le texte à eux, plutôt qu'à s'efforcer de l'écouter. Ce sont des tests, des échantillons, plutôt qu'une relecture juive de l'ensemble des textes. Intéressant et suggestif! - J. Radermakers, S.J.

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80