Indissolubilité : une fenêtre ouverte vers le ciel

Alain Mattheeuws s.j.
Comment garder à la fidélité sa valeur intrinsèque au lien conjugal et accorder l'indissolubilité avec les divers chemins du pardon ? La recherche théologique et pastorale ne peut faire abstraction de la réalité sacramentelle profonde de l'engagement des époux. Cet article parcourt quelques pistes, en prenant en compte la réalité de la grâce sacramentelle où s'exprime le lien du Christ à son épouse, l'Église, et la théologie conciliaire des affinités sacramentelles et de l'Église-sacrement.

Le ministre ordonné aux fiancés :

« Vous allez vous promettre fidélité. Est-ce pour toute votre vie ? »

Ou bien :

« Le mariage suppose que les époux s’engagent l’un envers l’autre sans y être forcés par personne, se promettent fidélité pour toute leur vie et acceptent la responsabilité d’époux et de parents. Est-ce bien ainsi que vous avez l’intention de vivre dans le mariage ? »

Vouloir vivre d’un lien conjugal, c’est se mettre « sous le même joug » (con-jugium) et « conjuguer » dès lors sa vie au pluriel dans l’exclusivité d’une relation homme-femme. La fidélité nourrit ce lien et le fortifie. Comment la comprendre comme définitive, diachronique, créatrice1, liée au corps à corps de la vie quotidienne et intime ? Jésus a une parole forte sur le lien indissoluble des époux (Mt 19). L’Église s’y est tenue depuis l’origine. Elle en a payé le…

Pour lire la suite,

 Connectez-vous

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80