Abus spirituels et dérives sectaires dans l'Église. Comment s'en prémunir ?

Blandine de Dinechin Xavier Léger
Moral y derecho - Census taker : Anne Lécu o.p.

Le livre choisit de donner avant tout la parole aux victimes, par de larges extraits de témoignages qui mettent en avant les conséquences tragiques de l’emprise, en insistant sur le fait que c’est l’emprise qui crée la vulnérabilité, et non l’inverse. À ce titre, ce livre est nécessaire. On regrettera néanmoins que le propos soit parfois un peu haché, notamment dans les premiers chap., et rendu parfois confus du fait du choix des auteurs de traiter à la fois des abus dits « spirituels » et des abus sexuels. Si ce choix est argumenté et justifié, il fait un peu perdre de vue l’aspect spécifique et politique de l’emprise, qui est un procédé totalitaire et structurel qui vise, comme le rappelait Hannah Arendt, à détruire la personne en lui faisant perdre successivement sa personnalité juridique, sa personnalité morale et sa singularité.

La seconde partie du livre est plus précise, en décrivant successivement cinq indices d’emprise (chap. 4), puis les procédures qui permettent de protéger les citoyens (chap. 5), à commencer par la loi du 12 juin 2001, dite loi About-Picard, mal connue, qui punit l’abus frauduleux d’état de faiblesse, notamment lorsque des pressions graves et réitérées produisent une altération du jugement ou un état de sujétion psychologique chez des personnes (il s’agit alors clairement de l’abus de pouvoir produit par l’emprise sectaire). Deux questions restent néanmoins en suspens : en parlant de « dérive » sectaire, n’induit-on pas l’idée qu’il pourrait y avoir des sectes non dérivantes ? En parlant « d’abus spirituel », ne risque-t-on pas d’occulter l’aspect systémique de l’abus de pouvoir rendu possible par le groupe, ici l’Église ? Comme le disent très justement les auteurs : « L’abus spirituel commence par des abus de langage » (p. 173). Sans doute nous faut-il ensemble continuer à réfléchir avec les victimes pour trouver le meilleur moyen de nommer ce qui les a détruites. — A. Lécu o.p.

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80