Dialogue sur l'âme, éd. P.-Y. Emery

Aelred de Rievaulx
Historia del pensamiento - Census taker : Hubert Jacobs
Commencé par Aelred vers la fin de sa vie, le dialogue Sur l'âme n'est pas achevé car son auteur n'a pas eu le temps de le terminer avant sa mort, survenue en janvier 1167. On sait que les cisterciens du XIIe siècle se sont beaucoup intéressés à l'âme, moins d'ailleurs par souci métaphysique que par l'enjeu psychologique et spirituel de cette étude. À l'origine de leur réflexion, il se trouve le principe delphique qui a traversé les âges pour arriver jusqu'à eux. Dans l'esprit de saint Bernard, Guillaume de Saint-Thierry et Isaac de l'Étoile ont traité expressément de l'âme de même que le traité anonyme faussement attribué à Alcher de Clairvaux. Dans son écrit, ici judicieusement traduit et annoté par P.-Y. Emery, Aelred poursuit la même préoccupation que ses devanciers.
Il est vrai que chez lui la pensée s'élargit, à la suite de saint Augustin, à la vie séparée de l'âme après la mort de son corps. Il s'y révèle plus classique que ses confrères et plus délibérément augustinien. En fait, il hérite des hésitations de l'évêque d'Hippone dont il expose la doctrine face à la situation nouvelle de son époque. Les cisterciens se posaient la même interrogation qu'Augustin, à savoir comment surmonter le trop abrupt dualisme reçu de Platon et trouver à penser la distinction de l'âme et du corps en sauvegardant l'unité de l'être humain et sans rien retirer de la totale différence de leur nature. Aelred opta dans cette recherche pour un «medium» entre le corps et l'esprit, et pour un «affectus», élan affectif dont la fonction médiane est l'apport aelrédien spécifique vis-à-vis d'Augustin. Pour Aelred, l'âme est principe du corps un peu comme Dieu est son principe à elle. Même là où il est original, Aelred s'inspire d'Augustin dont les citations, souvent textuelles, se retrouvent dans les notes, diligemment repérées par P.-Y. Emery. - H. Jacobs sj

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80