La croix ou les fétiches. Le christianisme en Afrique noire, vol. 1 : Le dilemme africain

Édouard Betobo Bokagne
Misiones e Iglesias jóvenes - Census taker : Jacques Diouf

Premier vol. de l’œuvre de l’A., ce livre est inspiré par une anecdote survenue aux obsèques de son père : « Alors que toute la famille prenait part aux rites funèbres traditionnels, ma sœur aînée s’y déroba. » La raison : « s’y soumettre annulerait “la valeur du sacrifice du Christ” ». L’attitude suscita la question fondamentale, trame de ce livre : celle de « l’antagonisme du christianisme pour les croyances africaines ». La réponse d’Édouard Betobo Bokagne. se décline en trois étapes. Premièrement, il « parcourt l’antiquité biblique pour y chercher la présence africaine ». S’appuyant sur les points de contact entre l’Afrique et l’univers biblique, il écrit : « L’Afrique paraît indéniablement présente à toutes les étapes de structuration de la pensée à l’origine du christianisme. » Deuxièmement, il étudie comparativement « les valeurs que le christianisme aurait empruntées à l’Afrique et qui, depuis, sont passées dans sa théologie ». Troisièmement, il se concentre sur l’Afrique traditionnelle afin de décanter les raisons de l’opposition envers le christianisme.

Cette triple « reconstruction » vise à élucider les prémisses de l’A. : « La raison profonde de l’hostilité du christianisme à l’égard de l’Afrique traditionnelle gît dans l’incompréhension la plus totale de sa pensée. » Incompréhension qui a d’abord été celle des missionnaires, agents d’une « euro-christianisation » de l’Afrique ; elle a ensuite été celle de chrétiens africains, « produits spirituels de cette Mission civilisatrice et drapés de son saint mépris » (p. 133-134). Au bout du compte, « la guerre religieuse entre le christianisme et l’Afrique traditionnelle (…) ne trouve pas sa source dans la théologie primitive du christianisme. C’est plutôt dans l’histoire qu’il faut la chercher et espérer la comprendre » (p. 216). Ce livre vient à son heure, en tirant les fruits de la réflexion engagée avec l’égyptologue sénégalais Cheikh Anta Diop et ses disciples, pour réconcilier l’Afrique avec elle-même. Telle est d’ailleurs une des intuitions de l’A. : « Pour retrouver des repères existentiels pertinents afin de se bâtir sa légitime place au sein de l’histoire, l’Afrique noire me paraît à nouveau avoir besoin de se connecter au grand courant vital qui, dans la nuit des temps, la fit naître » (p. 21). Le deuxième volume, consacré à la mission chrétienne dans le continent en tant que « machine évangélique et civilisatrice », est paru à la fin de la même année. — J. Diouf

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80