Isaïe en Romains. Une fresque du salut

Philippe Wargnies s.j.
À près de vingt reprises, Romains cite ou évoque Isaïe, notamment le Livre de la Consolation, dont le 4e chant du Serviteur. Ce dernier est déjà bien sous-jacent à la jonction entre la première partie de la lettre (Rm 1-4) et la seconde (5-8). À partir de Rm 9, les références à Isaïe s’explicitent et se multiplient, et le quatrième chant du Serviteur y émerge. L’Apôtre des nations, pour dire le dessein de Dieu accompli dans le Christ en faveur de tout homme, dessine des perspectives et use de formulations qu’un examen attentif révèle fort nourries du grand prophète.

Le parcours de Paul éclaire ses écrits. Ce Juif devenu chrétien et Apôtre des nations réfléchit la profondeur et l’extension du salut offert dans le Christ à toute personne qui croit en Celui qui « justifie » et le Juif et le païen.

La vocation de Paul s’enracine dans l’événement de Damas, à propos duquel le Seigneur dit à Ananie : « Va, car cet homme (Saul) est un instrument que je me suis choisi pour porter mon nom devant les nations, les rois et les Israélites. Moi-même en effet je lui montrerai tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon nom » (Ac 9,15.16) : annonce d’une exigeante mission, selon une perspective présente en Isaïe comme en Romains.

Le troisième récit de l’événement, par Paul en Ac 26, est le plus déployé. Saul s’entend dire : « Je t’arracherai au peuple et aux nations vers qui je t’envoie pour leur ouvrir les yeux, les…

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80