Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Le «corps embryonnaire». Une avancée de Dignitas personae

Alain Mattheeuws s.j.
L’Instruction Dignitas personae utilise l’expression «corps embryonnaire» pour désigner l’embryon humain dès sa conception. Ce langage nouveau est-il un hapax sans importance ou révèle-t-il une progression prudente mais précise de la doctrine ecclésiale concernant le statut personnel de l’être humain nouvellement conçu? En étudiant Donum vitae et Dignitas personae, on saisit la richesse et la nouveauté d’une réflexion personnaliste pour ce qui concerne l’origine de l’homme et le dépassement des débats sur l’animation médiate ou immédiate de l’embryon. Le passage d’un langage scientifique à un langage plus métaphysique est une indication précieuse pour interpréter et affirmer le statut personnel de l’embryon humain. Si le respect inconditionnel demandé dit déjà implicitement le caractère personnel de l’embryon, le langage est appelé à se préciser et à dire cette vérité théologique. L’agir nous dit quelque chose de l’être de l’embryon. Le langage utilisé pour le désigner prend la même direction.

La question de l’origine de l’être humain n’est pas une question abstraite: elle concerne tout être vivant qui vient à l’existence pour toujours. Elle traverse de manière implicite ou explicite toutes les thématiques de la bioéthique. Cette question qui nous est posée pastoralement en hôpital ou en famille est l’objet de débats éthiques, philosophiques, et théologiques. Et de facto, elle est aussi notre question puisque nous avons tous été petits, vulnérables, embryonnaires à un moment donné de notre vie1. Cette thématique complexe n’est pas une impasse pour la raison ni pour le cœur. Il est bon pour l’humanité de l’affronter et de chercher le vocabulaire le plus adéquat pour la nommer: il serait dommageable pour tous de chercher à l’esquiver, à la nier par artifice, à l’enfouir sous d’apparentes contradictions affectives ou…

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80