Descartes, la métaphysique et l’infini, 2e éd. revue et corrigée

Dan Arbib
Philosophie - Recenseur : David Rabourdin

Le tour de force de cet ouvrage, qu’une 2e édition nous donne l’occasion de rouvrir ou de découvrir, est de rassembler, en l’unité d’un même questionnement, une étude limpide et rigoureuse de l’ensemble du corpus cartésien et un parcours aussi exigeant que lumineux de l’histoire de la métaphysique occidentale. La chose n’est certes pas nouvelle à propos de Descartes, philosophe dont les positions sont, depuis E. Gilson et son Index scolastico-cartésien, mesurées « à l’aune de la scolastique, médiévale et moderne » (p. 8), mais c’est à un questionnement proprement philosophique, et pas simplement d’historien, que l’A. doit le souffle qui anime son enquête : la trame choisie ici –l’infinité divine – lui permet en effet de considérer l’œuvre de Descartes d’un œil averti des « conquêtes théoriques de la phénoménologie et singulièrement de ses explorations non métaphysiques » (id.), L’œuvre d’E. Levinas, référence explicite et constante, fournit à l’A. l’aiguillon qui lui permet d’interroger tant l’histoire de la philosophie que le corpus cartésien. De même que, pour Levinas, la « mise » de l’infini en nous est « sans recueillement, dévastant son lieu comme un feu dévorant, catastrophant le lieu », tant « ce qui soutient cède à ce qui est soutenu » (De Dieu qui vient à l’idée, Paris, Vrin, 1986, p. 110), de même, pour l’A., l’idée d’infini est chez Descartes une idée qui « catastrophe » son édifice métaphysique, une idée par laquelle « ce qui soutient » – la méthode et son discours, l’ordre des raisons, l’ego et les idées qu’il se donne la charge d’examiner –, « cède à ce qui est soutenu » – l’infinité divine. Tel est alors le cahier des charges fixé et brillamment suivi : montrer que le concept d’infini est « un Janus » qui « fonde la rationalité » et « doit en relever encore » (p. 68), un « nom duel, en partie dans et en partie hors de la méthode » (p. 290), et établir que « Descartes a ainsi associé en un même nom une détermination métaphysique et une détermination non-métaphysique de Dieu » (p. 343). Mais qu’est-ce que « métaphysique » et qu’est-ce que « non-métaphysique » ?

Si…

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80