L'Arbre de vie et l'Arbre du savoir. Le chemin phénoménologique de l'herméneutique heideggérienne (1919-1923)

Jean Greisch
Le premier chapitre de cet ouvrage annonce la couleur: l'herméneutique phénoménologique naît lorsque Heidegger s'éloigne de Husserl pour orienter la réflexion au-delà de l'épistémologie en interrogeant les modalités ontologiques de l'existence. Il s'agit de faire ainsi advenir au savoir la «vie facticielle». Les analyses des premiers cours de Heidegger à Fribourg engagent une discussion où interviennent Paul Ricoeur et Michel Henry. La question est celle de la vie - d'où le titre de l'ouvrage (chap. 2). L'herméneutique se donne pour tâche de comprendre la vie (chap. 3), c'est-à-dire «d'avancer vers [ses] horizons les plus invisibles» (citation de Heidegger p. 75). Cette perspective vérifie ses conditions de rationalité en affrontant la déconstruction derridienne (chap. 4), le statut de la logique (chap. 5) et le sens de la raison (chap. 6): si l'idéal rationaliste de l'objectivation ne tient pas la route quand il s'agit de la vie facticielle, il ne s'ensuit pas qu'il faille la livrer à l'irrationnel.
L'herméneutique phénoménologique s'attache à l'«histoire immanente de la vie» (chap. 7). Heidegger, de ce point de vue, manque de vraie rigueur: il n'y a pas chez lui de réflexion sur la «trace»; il ne pourra donc pas entendre droitement la facticité chrétienne (chap. 8), provoquant «la détresse de la philosophie qui tourne toujours en rond dans des questions préalables» (cité p. 197), ces questions qui sont pourtant aussi celles de la religion. La vie se donne de façon inachevée. Le coeur de la problématique est exposé en suivant les cours sur le livre X des Confessions d'Augustin (chap. 9); Heidegger y propose une phénoménologie de la tentation, mais qu'il ramène encore et toujours aux mesures d'une vie qui, neutre ou indifférente, ne peut s'atteindre elle-même.
Trois chapitres terminent cet ouvrage très précis en serrant le questionnement philosophique: l'ontologie phénoménologique peut se tourner en herméneutique de la facticité où la vie est lumière tout en se dispersant (chap. 10); la tâche du philosophe est d'éveiller à l'inquiétude (chap. 11). Voilà qui s'éloigne du projet de Husserl (chap. 12), mais qui s'approche d'une philosophie de la religion. - P. Gilbert sj

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80