Les ministères dans l'Église ancienne. Textes patristiques du Ier au IIIe siècle, trad. A. Bastit, C. Guignard, C. et J.-F. Lavigne, B. Jacob

Enrico Cattaneo s.j.
Histoire de la pensée - Recenseur : Noëlle Hausman scm

Voici, traduite de l'italien, l'édition française révisée d'un recueil indispensable pour tous ceux que touche la question des ministères et de l'Église des commencements. Plus qu'une anthologie (ce qu'il est aussi), l'ouvrage, qui s'efforce d'être exhaustif pour les textes les plus importants (presque 400 p.), offre pour chacun bibliographie, introd. et notes, sans compter 4 index généraux, et surtout cette introd. générale de 160 p. qui n'hésite pas à traiter des questions les plus complexes : « le débat moderne sur les ministères », « service et autorité dans le NT » (avec les séquences « apôtres - prophètes - docteurs », « évêques - presbytres - diacres »), « élection et ordination des ministres » (« sont-ils des prêtres-sacerdotes ? »), « synodalité et communion ecclésiale », « lecteurs - exorcistes - sous-diacres - acolytes - portiers - fossoyeurs ». Après quoi, comme on pouvait l'espérer, un chap. sur « les femmes : charismes et ministères » et une finale « théologie et spiritualité du ministère ». L'anthologie raisonnée proprement dite se subdivise quant à elle en 5 parties : ier-iie s. (des Épîtres pastorales à Irénée), Églises d'Orient (de Clément d'Alexandrie au concile d'Antioche de 268), Églises d'Occident (de Tertullien à Commodien), Ordonnances ecclésiastiques du iiie s. (de la Didascalie à la Tradition apostolique), Écrits pseudépigraphes et apocryphes (de l'Ascension d'Isaïe à l'Apocalypse de Paul). Les perles ne manquent pas : sur le lien précoce entre continence et ministère (p. 121), l'attribution tardive du titre de sacerdos à l'évêque (p. 129), les évêques placés au coeur plutôt qu'à la tête des Églises (p. 285, Irénée), la capacité de perdre la grâce du ministère (p. 321, Origène), la femme qui « feint de sanctifier le pain avec l'invocation redoutable » (p. 387), la réponse négative des Apôtres quant à la diaconie des femmes en rapport avec l'eucharistie (p. 521, Canons ecclésiastiques), fondée sur un agraphon de Jésus : « Ce qui est faible sera sauvé au moyen de ce qui est fort » (p. 528). Un parcours extrêmement utile et une manière totalement actualisée de reprendre contact avec la grande tradition - N. Hausman s.c.m.

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80