Le pape François et la synodalité. Evangelii gaudium, nouvelle étape dans la réception de Vatican II

Luc Forestier
Avec l'Exhortation apostolique Evangelii gaudium (24 nov. 2013), le pape François met en oeuvre une nouvelle étape de la réception du concile Vatican II, à la suite de ses deux prédécesseurs. Non seulement Vatican II reste une «boussole» pour l'Église, mais sa mise en oeuvre passe par la réforme de l'Église, avec une insistance nouvelle sur la synodalité propre au christianisme. Expérience de lecture des Écritures à l'intérieur de la diversité des cultures par toute l'Église, cette synodalité repose sur la responsabilité des évêques et de leurs collaborateurs. Elle reste la condition d'une authentique «sortie missionnaire».

L’Église catholique vit actuellement une période tout à fait singulière. La couverture médiatique continue dont bénéficie le pape François, qui n’est pas avare de gestes spectaculaires, peut masquer certains enjeux profonds de l’exercice du ministère pétrinien, notamment liés au concile Vatican ii. Celui-ci a certes servi de point de comparaison au Synode extraordinaire consacré à la famille, et pas seulement par les journalistes. Or, la renonciation de Benoît xvi en 2013 a fait disparaître de la scène un acteur tout à fait essentiel de Vatican ii. Par ailleurs, François, contrairement à ses prédécesseurs, s’exprime peu sur le concile, alors qu’il est le premier pape depuis Jean xxiii à ne pas y avoir personnellement participé. Comment alors saisir son inscription dans l’histoire des cinquante années de réception de Vatican ii ?

La…

Pour lire la suite,

 Connectez-vous

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80