Quand la Bible rivalise avec le roman psychologique

Philippe de Maistre
La figure du roi David que révèle l'évolution de sa relation conjugale avec Mikal, telle que relatée de 1 Sm 18 à 2 Sm 7, est singulièrement énigmatique. À cette étape du récit, c'est autour de cette énigme que se concentre l'intrigue. À cette intrigue correspond un procédé narratif bien connu des romans psychologiques modernes, apte à suggérer la profondeur parfois ambiguë des personnages et la distance qui peut les séparer: la réserve. Le narrateur biblique en fait usage avec une virtuosité qui n'a rien à envier à Proust ou Henry James, mais dans une tout autre optique.

Une lecture de la relation de David et Mikal (1 Sm 18 - 2 Sm 6)

De tous les héros bibliques, nul n’a été aimé comme David : Saül « se prit d’affection pour David ». Cette passion est tragique. Elle vire à la haine meurtrière. L’affection de Jonathan, à l’opposé de celle de son père, est sans détours, simple et émouvante : « Or dès que David eut fini de parler à Saül, Jonathan s’attacha à David et l’aima comme lui-même... »1. Mikal, quant à elle, est l’unique femme de la Bible dont il soit explicitement dit qu’elle est amoureuse : « Mikal, fille de Saül, s’éprit de David... Saül vit et comprit que le Seigneur était avec David et que Mikal, fille de Saül, l’aimait »2. Le peuple, enfin, est unanime quand il s’enthousiasme pour le vainqueur de Goliath : « Tout Israël et Juda aimaient David, car, à la bataille, il sortait et rentrait à leur…

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80