Justice restaurative et médiation. Pour une philosophie et un processus de socialisation, d'éducation et d'émancipation

Fernando Carvajal Sánchez Janie Bugnion
Moral y derecho - Census taker : Didier Luciani
Il serait dommage que le petit format de cet ouvrage conduise à en négliger le propos. Il présente, en effet, de façon abordable une pensée et une pratique qui - hors des cénacles académiques et des spécialistes du droit - sont encore trop peu connues du monde francophone, sauf peut-être au Québec où la justice restaurative (ou « réparatrice » ; en anglais restorative justice) a été promue dès avant les années 2000. Par contre, elle n'a fait son entrée officielle dans le droit français que le 15 août 2014 (avec mise en oeuvre par circulaire en mars 2017), même si l'expérience a, comme toujours, précédé le droit. De quoi s'agit-il donc ? Bien qu'il existe de nombreuses définitions, selon l'article du Code de procédure pénale français, une mesure de justice restaurative est « toute mesure permettant à une victime ainsi qu'à l'auteur d'une infraction de participer activement à la résolution des difficultés résultant de l'infraction, et notamment à la réparation des préjudices de toute nature résultant de sa commission ». Sans faire preuve d'excessive candeur, il suffit de lire attentivement ces lignes pour réaliser aussitôt les possibilités offertes par un tel dispositif en termes de régulation de conflits, d'application de la peine, de fonctionnement de l'appareil judiciaire, d'éducation, etc. Une 2de partie de l'ouvrage (due à Janie Bugnion) traite de la médiation à partir d'exemples concrets. Comme le montrent les auteurs, les deux notions - la justice restaurative comme philosophie et système de justice, et la médiation comme moyen de règlement des conflits - ne sont pas à confondre, mais plutôt à articuler. Une seule source d'étonnement : sauf erreur de ma part, alors que Lode Walgrave est régulièrement cité dans l'ouvrage, on ne trouve aucune mention de celui qui est considéré par beaucoup comme le « père fondateur » de la justice restaurative, le mennonite Howard Zehr dont l'un des ouvrages a pourtant été traduit récemment en français par un autre éditeur suisse (La justice restaurative. Pour sortir des impasses de la logique punitive, Genève, Labor et Fides, 2012). Simple oubli ou querelle d'écoles ? - D. Luciani

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80