La théologie de Léon le Grand sur la sacramentalité de l’épiscopat

Laurent Pidolle
Léon le Grand, évêque de Rome, cité dans l’enseignement de Vatican ii sur la sacramentalité de l’épiscopat, entend son ministère comme le « sacrement du divin sacerdoce » du Christ. Cette étude développe l’union des dimensions sacramentelle et ministérielle des chefs d’Églises dans la figure de l’unique Prêtre, le Fils fait homme dans la forma servi et présent constamment à l’assemblée ecclésiale, autant auprès des fidèles laïcs que des fidèles pasteurs. La théologie de Léon intime la différence de nature et de modalité entre sacerdoce commun et hiérarchique, le second signifiant la tête devenue esclave au service du premier.

Introduction

Quand le concile Vatican ii enseigne la sacramentalité de l’épiscopat1, question sur laquelle les docteurs médiévaux hésitaient2, il commence par citer le pape Léon le Grand (440-461) dans un de ses sermons en l’anniversaire de sa consécration épiscopale : « (…) en la personne des évêques assistés des prêtres, c’est le Seigneur Jésus-Christ, Pontife suprême, qui est présent au milieu des croyants. Assis à la droite de Dieu le Père, il ne fait pas défaut à l’assemblée de ses pontifes3. » Il est donc intéressant d’étudier en quels termes Léon parle de la sacramentalité de l’épiscopat et ce que cela signifie chez lui. Nous le ferons en commentant principalement ses cinq sermons sur l’anniversaire de son pontificat4. Nous découvrirons que, chez lui comme pour Vatican ii, ce thème est intrinsèquement lié au sacerdoce du Christ…

Pour lire la suite,

 Connectez-vous

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80