La contribution de la religion au projet politique de l’Europe

Xavier Dijon s.j.
Le projet de construction européenne gagne-t-il à se référer à une confession religieuse ? Alors que les rationalistes récusent une telle liaison au nom de la laïcité, les croyants relisent l’histoire des grands mouvements qui ont parcouru l’Europe – paganisme et judaïsme, christianisme et islam, catholicisme et protestantisme, marxisme et nazisme – pour constater une remarquable convenance entre la tradition chrétienne et le projet européen lui-même.

Depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, les pays européens poursuivent la recherche de leur vivre-ensemble sur la double base des droits de l’homme (Conseil de l’Europe) et du Marché commun (Union européenne), visant, avec plus ou moins de résistance, l’idéal d’une confédération des États-Unis d’Europe. La question ici posée consiste à savoir quelle contribution la religion peut apporter à ce projet politique.

Question insensée, dira-t-on des deux côtés de la controverse car, d’une part, le projet politique européen n’a nullement besoin, pour se poursuivre, d’adhérer à une quelconque religion, au contraire ! D’autre part, la religion a pour but d’exprimer le rapport spirituel de l’être humain face à la Transcendance et non de servir les intérêts d’une entité particulière, quand bien même ces intérêts seraient ceux d’un continent…

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80