The contribution of religion to Europe’s political project

Xavier Dijon s.j.
Does the project of European construction gain by referring to a religious confession? While rationalists refute such a connection in the name of secularism, believers reinterpret the history of the great movements which have swept through Europe – paganism and Judaism, Christianity and Islam, Catholicism and Protestantism, Marxism and Nazism – in order to ascertain a remarkable compatibility between the Christian tradition and the European project itself.

Depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, les pays européens poursuivent la recherche de leur vivre-ensemble sur la double base des droits de l’homme (Conseil de l’Europe) et du Marché commun (Union européenne), visant, avec plus ou moins de résistance, l’idéal d’une confédération des États-Unis d’Europe. La question ici posée consiste à savoir quelle contribution la religion peut apporter à ce projet politique.

Question insensée, dira-t-on des deux côtés de la controverse car, d’une part, le projet politique européen n’a nullement besoin, pour se poursuivre, d’adhérer à une quelconque religion, au contraire ! D’autre part, la religion a pour but d’exprimer le rapport spirituel de l’être humain face à la Transcendance et non de servir les intérêts d’une entité particulière, quand bien même ces intérêts seraient ceux d’un continent…

newsletter


the journal


NRT is a quarterly journal published by a group of Theology professors, under the supervision of the Society of Jesus in Brussels.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgium
Tél. +32 (0)2 739 34 80