Entre libéralisme et ultramontanisme.  Charles Daniel, Ambroise Matignon, Pierre Toulemont, et Victor De Buck.  Correspondance

Bernard Joassart s.j.
Histoire - Recenseur : Plumat
Victor De Buck (1817-1876) fut avant tout bollandiste, et sans aucun doute l'un des meilleurs de sa génération. Cependant, il ne limita pas son activité à la seule hagiographie : il fut un observateur attentif de son temps. Il en alla de même dans le chef de ses confrères jésuites français Charles Daniel (1818-1893), co-fondateur des Études avec Jean Gagarine - qui le sollicita comme collaborateur -, Ambroise Matignon (1824-1913) et Pierre Toulement (1826-1889), tous trois étant fortement engagés dans la vie de la revue. La correspondance échangée entre De Buck et ses confrères de l'Hexagone aborde quantité de sujets. Notons plus spécialement : la vie ecclésiale belge et française où se développait un anticléricalisme assez hostile à l'Église, surtout en France ; le contexte politique de ces deux pays et de l'Europe tout entière, fortement marqué par le libéralisme triomphant et les nationalismes de plus en plus exacerbés ; la question de ce qu'on appellerait de nos jours l'« oecuménisme », De Buck étant notamment très intéressé par la réconciliation, avec le catholicisme, de la Haute Église d'Angleterre, dont il apparaît qu'il aurait volontiers reconnu la validité des ordinations ; le concile Vatican i où De Buck et Matignon furent appelés comme théologiens et durant lequel ils discutèrent souvent de la question de l'infaillibilité pontificale (ils n'étaient sans doute pas opposés quant au contenu de celle-ci - encore que dans des limites relativement strictes -, mais plutôt quant à l'opportunité de la définir) ; les événements de la Commune durant laquelle plusieurs jésuites français, dont le célèbre Pierre Olivaint, moururent martyrs, ce qui provoqua un grand émoi au sein de la Compagnie ; enfin, l'histoire même de la revue, souvent jugée trop libérale par les autorités romaines, dont le siège fut finalement transféré de Paris à Lyon et qui fut confiée à des ultramontains nettement plus convaincus. - N. Plumat

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80