Ce cours est précieux, original, difficile, libérateur. Il a été donné à l'Institut d'Études théologiques de Bruxelles à partir de 1972 et a pour objet d'établir le lien entre herméneutique et théologie. Il comporte quatre parties. La première, intitulée «La tradition vécue», occupe plus de la moitié de l'ouvrage. Elle examine les ressources du langage théologique et conduit à reconnaître dans l'Église le «critère de la vérité théologique» (II) que manifeste «la vie de l'Écriture dans l'Église» (III) et qui implique la propriété foncièrement anagogique de la théologie (IV). L'introduction offre au préalable une réflexion sur le problème contemporain du statut du texte et de son interprétation; la conclusion détaille enfin le caractère spirituel de l'exégèse chrétienne - les quatre sens - et ses conséquences sur la philosophie de la liberté et du langage. «Le texte est porteur de la vérité de Dieu et de notre propre existence» (p. 41). Le langage est signe de l'être, il est le lieu de l'alliance des libertés dans l'histoire où se livre la charité du Verbe de Dieu (p. 107). Tout l'ouvrage entend justifier de telles affirmations qui prennent acte de la subjectivité moderne - de Spinoza à Ricoeur, en passant par Schleiermacher, Kant et Hegel (ils sont étudiés spécifiquement au début ainsi qu'à la fin du texte). Rien de plus classique dans un cours sur l'herméneutique. Mais ce qui est original, c'est l'importance accordée en ces pages à la mystique, en tant qu'elle assume le projet de la modernité et conduit, dans sa dynamique même, à la connaissance et à l'union spirituelle (on notera la longue prière sur le thème du «langage de cet Indicible», p. 186-188), spécialement celle que l'on peut expérimenter dans les Exercices spirituels de saint Ignace. Les quatre semaines déroulent en effet l'acte de l'esprit par lequel on suit l'histoire de Jésus, où l'on se découvre soi-même comme liberté en mouvement vers la vérité de Dieu toujours livrée dans le mystère du Christ. La contemplatio ad Amorem résume ce mouvement quadruple: fondement, dans la reconnaissance du péché - et des biens reçus - qui est «don» de l'Esprit (première semaine); lumière de la vie de Jésus qui dit la «présence» de l'Esprit (deuxième semaine); dépassement dans la passion du Verbe livré où est exprimée l'«action» de l'Esprit (troisième semaine); accomplissement de la communion pascale, dans l'«intimité» de la liberté spirituelle (quatrième semaine). Nourri de Fessard (La dialectique des Exercices spirituels), Blondel (L'Action) et Lubac (Exégèse médiévale), le P. Chapelle trouve dans ce mouvement (voir les tableaux, p. 108, 118, 122) de quoi fonder la méthode théologique, qui développe en correspondance les quatre sens traditionnels de l'Écriture - histoire, allégorie, tropologie, anagogie - et qui donne à l'exégèse de l'Église son essence spirituelle (c'est la méthode pratiquée à l'Institut d'études Théologiques [Bxl]: ce n'est pas nous qui interrogeons l'Écriture affirmait le P. de Lubac, c'est l'Écriture qui nous interroge). Alors se résout le dilemme de la modernité: «le Livre des Écritures transforme la fable du monde en un miroir de Dieu» (formule lubacienne et patristique qui fait pièce à celle de Descartes, p. 112). Alors le lecteur peut aussi sortir du «cercle herméneutique» dans lequel s'enferme l'interprète au regard du texte: le discours théologique est lui-même constitutif de l'interprétation; s'il y a cercle, c'est celui de l'Église qui sauvegarde l'irréductibilité de la liberté sauvée à tout objectivisme - qui risque de nier le sens de l'histoire comme alliance spirituelle -, comme à tout subjectivisme - qui n'offrirait aucune détermination à la vérité (p. 203). Au contraire, le mystère livré dans la vie du Verbe, en sa lettre faite corps vivant, donne de prier, de penser, «de quoi aussi rendre grâce» (p. 218).Un tel ouvrage est certes exigeant, note A. Leproux, ancien étudiant du P. Chapelle et professeur au Studium de Paris (sa fine et belle préface en fournit d'ailleurs les bonnes portes d'entrée): nombre de points affirmés ici tranquillement sont en en fait longuement détaillés dans d'autres ouvrages de l'auteur, comme Les fondements de l'éthique, Épistémologie, Anthropologie, etc., ou, sur un plan moins académique, dans le livre posthume Au creux du rocher. Pourtant, Herméneutique demeure central et nécessaire pour qui veut comprendre la place de l'Écriture dans l'acte théologique et le statut de cet acte lui-même. Il prépare ainsi la prochaine édition du cours «À l'école de la théologie». - A. Massie sj

newsletter


la revue


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80