Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Le xxe siècle a vu se marginaliser la conception réaliste de la vérité, qui a structuré la pensée occidentale durant des millénaires. Pour en montrer à nouveau toute la valeur, on peut faire appel à une expérience universelle: la falsification. Celui qui fait cette expérience est amené à reconnaître que la vérité est une correspondance entre l'esprit et le réel, qui s'impose à nous; et qu'elle est atteinte, loin de tout cartésianisme, de manière historique, au moyen d'une rationalité toujours située et limitée. Le xxe siècle a également offert à la pensée humaine de nombreux moyens nouveaux pour reconnaître ses limites.

La tradition philosophique occidentale s’est penchée très tôt sur la question de la vérité. Dès ses débuts, elle a réfléchi à la vérité et envisagé plusieurs pistes pour l’analyser et la définir. Sa réponse traditionnelle a été réaliste : la vérité est une correspondance, une adéquation entre le réel et l’intellect (Aristote). Cette réponse a longtemps prévalu. Mais force est de constater que l’on a assisté récemment à une progressive perte d’influence de cette théorie de la vérité-correspondance traditionnelle. Celle-ci a longtemps structuré la pensée mais, depuis un peu plus d’un siècle, son rôle dans l’articulation du sens s’est estompé pour laisser place à des perspectives nouvelles1. Michael P. Lynch, dans son livre publié en 2001 The Nature of Truth. Classic and Contemporary Perspectives2, reprend, au moyen d’un tableau…

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80