Bonne Nouvelle pour les années 2000. L'aventure de la foi selon saint Marc

Michel Hubaut
Sacra Scrittura - Census taker : Jean Radermakers s.j.
Les lecteurs du journal La Croix, comme ceux des revues Prier et Signes connaissant bien le Frère Michel, converti à l'âge de 25 ans, puis devenu franciscain avant d'être diplômé en théologie de l'Institut catholique de Paris. La pastorale du tourisme et les émissions religieuses n'ont plus de secret pour lui, mais c'est surtout comme écrivain, conférencier et animateur de retraites qu'il travaille aujourd'hui.
Il nous présente un commentaire de l'évangile un peu particulier: il y retrace, au fil du texte de Marc, les différentes étapes - au nombre de six, c'est le schéma classique! - de «l'aventure de la foi». Suivant le style et le mouvement même du récit évangélique, l'A. nous convie à la découverte de Jésus «comme si vous y étiez»! Effectivement, «nous y sommes» lorsque nous entrons nous-mêmes dans le récit et que nous nous laissons rencontrer par Jésus à Capharnaüm, que nous devenons les familiers de ses disciples qu'il forme en leur dévoilant pas à pas le mystère de sa personne. Quand, avec Pierre, nous l'avons reconnu comme le Messie (Mc 8,29), nous sommes entraînés avec eux sur la route de Jérusalem, vers la passion, découvrant les impossibles exigences du Royaume en même temps que la force spirituelle donnée à ceux qui se risquent à mettre leurs pas dans les siens. Peu de notes, pas de bibliographie, mais un texte qui se déroule devant nous, puis en nous, d'une manière insistante et forte, finalement libératrice, car l'élan avec lequel Jésus marche vers sa passion nous gagne progressivement, en même temps que se creuse en nous la peur de souffrir. «La foi ne consiste pas à rêver d'un paradis lointain, mais à aimer ce monde présent en l'ouvrant à l'avenir du Christ. La vigilance est souvent un combat dans la nuit pour ne pas s'assoupir ou se laisser égarer par les mirages du présent» (p. 326).
En nous laissant, comme Marc le fait, face à Jésus ressuscité, invisible mais mystérieusement présent à l'intime de notre être, l'A. nous fait ressentir cette peur des femmes qui craignent de transmettre le message de la résurrection alors qu'elles en reçoivent la mission: «la peur de ces femmes atteste le bouleversement radical de l'humanité face à une manifestation divine qui dépasse l'entendement» (p. 373). «Par cette finale singulière, il (= Marc) veut sans doute signifier à sa communauté que l'événement central de la foi chrétienne échappe à nos catégories de pensée. Devant un tel mystère, c'est le silence qui s'impose» (p. 373). Abrupt et percutant comme l'évangile de Marc lui-même, ce commentaire raconté confortera les chrétiens dans leur foi. Il passionnera aussi ceux qui cherchent, et en particulier les jeunes désireux de rencontrer Jésus «pour de vrai». Merci à l'A. de nous le rendre tellement proche! - J. Radermakers, S.J.

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80