Les juifs de Luther, trad. J.-M. Tétaz

Thomas Kaufmann
Ecumenismo - Census taker : Miriam Moscow
Thomas Kaufmann, prof. d'histoire de l'Église à l'Univ. de Göttingen fait preuve d'une vaste connaissance du Réformateur, mais aussi d'un courage intellectuel admirable dans cet ouvrage, dont la trad. en français sort pour le jubilé de la Réforme. Il étudie les grandes déclarations de Luther au sujet des juifs, ainsi que leur réception à travers les siècles. L'A. insiste sur « les juifs de Luther » plutôt que sur « Luther et les juifs » : « Bien que les « juifs » manquaient presque totalement dans le monde dans lequel il vécut, ils sont omniprésents dans le monde textuel de Luther » (p. 18). L'enseignement de Luther au sujet des juifs diffère selon l'époque. Plutôt conciliant en Que Jésus-Christ est né juif (1523), il est, dans Des juifs et de leurs mensonges, d'une virulence à peine soutenable pour quelqu'un qui n'est pas antisémite et qui apprécie le réformateur de Wittenberg. Comme le dit l'A., « dans les oscillations de l'histoire de sa réception, Luther est revendiqué comme l'un des leurs tant par les ennemis que par les amis des juifs : les deux positions ont une certaine légitimité » (p. 11).
Entre l'introd., « « Les juifs de Luther », un thème inévitable », et la concl., « Luther, un homme faillible », Kaufmann travaille en six étapes. Le 1rechap. étudie la place et la perception des juifs dans le monde de Luther : « Si proches et pourtant étrangers. Les juifs dans les marges du monde de Luther ». Le 2e examine les cours et les écrits de Luther au début de sa carrière : « Les ennemis de l'Église. La perception théologique des juifs chez le jeune Luther ». Ses cours sur les psaumes sont instructifs. Le 3e chap., « L'ami des juifs ? Le « tournant réformateur » de Luther en matière de politique juive », creuse les propositions de Luther après la Bulle Exsurge Domine. Si Luther proposait la tolérance envers les juifs et la fin des tracas économiques et politiques qui étaient leur sort, c'était en vue de leur conversion à la foi réformée. L'échec de cette mission et ses conséquences sont développés au chap. 4 : « Espoirs déçus, attentes confirmées. La fin des années 1520 et les années 1530 ». L'enjeu du Réformateur est approfondi au chap. 5 : « Lutte finale pour la Bible. Les méchants écrits de Luther ». Le chap. 6 présente de manière magistrale l'héritage de l'enseignement de Luther au sujet des juifs : « Effets contrastés. La réception de l'attitude de Luther face aux juifs du xvie au xxe siècle ». Dans la concl., Kaufmann exprime son regret que l'Église évangélique d'Allemagne ait choisi comme logo le portrait de Luther, « homme faillible », pour célébrer le Jubilé de la Réforme (p. 196). Il montre comment Luther lui-même reconnaissait ses propres limites et demandait qu'on fasse un tri dans son enseignement. Le faire l'aurait honoré, et honoré la cause - la proclamation de l'évangile - qu'il voulait servir. Kaufmann laisse ses lecteurs partager ses regrets. Un livre à lire, malgré la peine qu'il provoque. - M. Moscow r.a.

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80