Lettre aux Évêques de l'Église catholique sur la collaboration de l'homme et de la femme dans l'Église et dans le monde

Joseph Ratzinger
Teologia - Census taker : Alain Mattheeuws s.j.
Cette lettre, publiée le 31 mai 2004 et adressée aux Évêques, est restée probablement discrètement inconnue de nombreux théologiens et chrétiens. Elle présente cependant une réelle richesse thématique et livre de manière synthétique l'essentiel de la doctrine concernant la collaboration de l'homme et de la femme. Son style est agréable. Ses enjeux - qui le niera? - sont actuels.
Le problème de la place de la femme (I) est le plus souvent résolu, soit en récusant l'importance de la différence sexuelle, soit en entrant dans une dialectique d'opposition et de prise de pouvoir. Les féministes elles-mêmes sont divisées sur la stratégie à suivre. Le Cardinal récuse ces deux tendances et cherche à montrer comment et combien la «révélation du dessein de Dieu» vise et ouvre la voie d'une collaboration équilibrée entre l'homme et la femme dans l'assomption de leurs différences.
Il fonde sa doctrine en rappelant les données fondamentales de l'anthropologie biblique (II). Il y reprend quelques traits des catéchèses de Jean-Paul II. Son commentaire des premiers chapitres de la Genèse est rapide et précieux. Il articule la doctrine à l'intérieur de toute l'histoire du salut pour montrer comment «Dieu se fait connaître comme l'Époux qui aime Israël son épouse» (p. 16). Le vocabulaire nuptial n'est pas «accidentel, mais il touche la nature de la relation entre Dieu et son peuple, entre l'être humain dans sa masculinité et dans sa féminité. La relation homme-femme s'éclaire d'un jour nouveau et plénier à la lumière des personnes du Christ et de Marie.
La partie III considère l'actualité des valeurs féminines dans la vie en société. La femme ne peut pas être enfermée dans un destin «qui serait simplement biologique» ou culturel. Au sens ontologique, elle est «capacité de l'autre». Dans toutes ses relations, modes de vivre, responsabilités, la femme à une mission sociale et spirituelle centrale. Les mots de Jean-paul II prononcés au cours de son dernier pèlerinage à Lourdes (15 août 2004) pourraient être repris: les femmes sont appelées à être les «sentinelles de l'invisible». L'actualité de leur présence et des valeurs qu'elles sont dans la vie de l'Église (IV) est abordée (trop) brièvement dans cet horizon. Lieu de tensions, d'incompréhensions, d'oppositions, la relation homme-femme est au coeur du mystère de salut: elle est sauvée par le Christ pour apporter un fruit de paix et de joie dans l'humanité et dans l'Église. - A. Mattheeuws sj

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80