Monique, mère de saint Augustin

Anne Bernet
Biografie - Census taker : Marie-Jeanne Coutagne

Il n’est pas aisé de se faire une idée juste de Monique, mère de saint Augustin ! Soit on suit la légende et apparaît alors une jeune fille un peu laissée à elle-même, qui accepte un époux volage et peu attentionné, auquel elle restera fidèle par exigence intérieure pour se consacrer à son fils dont elle décèle très tôt les immenses possibilités, soit on se fie aux pages célèbres que ce fils lui a consacrées dans ses Confessions (livres iii à vi, et livre ix), en oubliant que cet hommage superbe prend sa place dans le projet théologique, spirituel et philosophique de son livre, l’un des piliers de la pensée occidentale. De toutes parts, on risque de manquer quelque peu une figure attachante qu’il était urgent de restituer dans sa vérité. Telle est la ligne que suit Anne Bernet dans les 11 chap. de cette nouvelle biographie dont on apprécie d’abord le style élégant et la fluidité de lecture. Monique, dont le prénom a sans doute des origines puniques – contrairement à ce qui est trop souvent rapporté – et qui est très enracinée dans sa culture berbère tout autant que chrétienne, apparaît comme une femme tenace, obstinée, telle la veuve importune de l’Évangile, femme de foi et de prière qui impressionna fortement l’évêque de Madaure auquel elle confia ses angoisses concernant son fils, avant, dans l’ombre d’Ambroise, évêque de Milan, de conspirer avec lui pour la conversion d’Augustin ! « Sous un extérieur de femme, elle réunissait la foi d’un homme, la sagesse d’un vieillard, la charité d’une mère et la piété d’une chrétienne », ainsi dira Augustin (Confessions, ix, iv, 8).

On connaît le travail historique d’Anne Bernet, qui lui a valu déjà plusieurs récompenses. Et on notera que son livre bénéficie de ses connaissances sur saint Ambroise auquel elle a déjà consacré une biographie (Étampes, éd. Clovis, 1999), comme sur l’Église ancienne d’Afrique (Les Chrétientés d’Afrique. Des origines à la conquête arabe, éd. de Paris, 2006). Pourtant, on regrettera que ce portrait chaleureux ne permette pas de cerner de manière plus originale cette haute figure spirituelle au-delà des traits que l’on soupçonnait déjà, et ne se réfère que trop peu aux travaux les plus récents sur Augustin. Bref, cette biographie ne réserve que peu de surprises, mais se lit avec plaisir et conviendra certainement pour une première approche. — M.-J. Coutagne

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80