Théodoret de Cyr exégète et théologien. Volume I : le dernier grand exégète de l'école d'Antioche au Ve siècles

Jean-Noël Guinot
Storia del pensiero - Census taker : Jean Radermakers s.j.
Qui parmi les biblistes connaît bien Théodoret de Cyr? Il fut pourtant l'une des grandes figures de l'école théologique d'Antioche au Ve s. Sans doute les patrologues seront-ils plus diserts au sujet de cet évêque d'une petite cité d'Asie Mineure proche d'Antioche, né vers 393 et mort en 466. Il fut mêlé aux importantes discussions christologiques au temps du conflit nestorien (431-451). D'abord moine à Apamée, il fut élu évêque en 423 et mena de front la théologie basée sur l'Écriture et une activité pastorale intense. Son oeuvre écrite fut à la fois exégétique, apologétique et historique, sans parler de ses sermons et de ses lettres. Jugé trop indulgent à l'égard de Nestorius, il fut déposé par Dioscore; puis, ayant recouru au pape Léon Ier, il fut réhabilité et reconnu «docteur orthodoxe» au concile de Chalcédoine (451).
Grand collaborateur des SC, dont il était membre de l'équipe éditrice, et spécialiste de l'exégèse antiochienne, J.-N. Guinot s'est vu offrir, à l'occasion de son départ à la retraite, ce magnifique recueil de 39 de ses articles concernant Théodoret de Cyr. Le 1er vol. comprend la bibliographie de l'A., une introduction biographique et 20 articles consacrés à l'école exégétique d'Antioche, avec l'héritage reçu par Théodoret et les oppositions qu'il rencontra, puis des aperçus éclairants sur son interprétation de la Bible. Notons quelques contributions importantes: sur les relations de l'école avec Origène (p. 51-74 et 307-330), la perception du temps dans l'exégèse patristique (p. 115144), l'exégèse figurative des Pères (p. 161-180), les sources de l'exégèse de Théodoret (p. 367-394) et une note éclairante à propos de son commentaire Sur le Cantique (p. 459-484). Le 2nd vol. est davantage consacré aux aspects de la théologie de Théodoret, dans le cadre des controverses. Épinglons une discussion sur foi et raison dans la démarche apologétique (p. 9-24), les fondements scripturaires de la polémique entre juifs et chrétiens dans les commentaires de Théodoret (p. 25-50), les discussions sur la Trinité et l'Incarnation (p. 129-148 et 149-190), la lecture christologique du commentaire Sur le Cantique (p. 207-224), l'exégèse du bouc émissaire (p. 265-288), comment, après la déchirure, rétablir l'unité comme modèle de dialogue entre les Églises (p. 373-398), le «signe du temple» dans le débat christologique de l'époque (p. 431-468) et le dernier, magistral, concernant la christologie de Théodoret (p. 469522). On demeure impressionné devant tant d'érudition et de profonde compréhension des thèmes traités.
Nous avons là un monument de haut niveau, tant pour les exégètes que pour les théologiens et les historiens de l'Église. Remercions l'A. et les éditeurs d'avoir ainsi regroupé des articles de grande valeur, d'une précision remarquable et d'une compétence indiscutée. - J. Radermakers sj

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80