Vie d'Abercius, vie de Polycarpe. Deux biographies légendaires d'évêques du IIe siècle

(éd.) Pierre Maraval
Biografie - Census taker : Gauthier Kirsch

Les deux écrits rassemblés ici partagent la date (probable) de leur composition (fin du ive s.), le sujet (vie de deux évêques du iie s.) et la région d’origine (l’Asie mineure).

Mais il y a aussi des différences : la vie d’Abercius est d’abord un récit ancré dans la réalité locale de la ville d’Hiéropolis où vivait l’évêque. Il a une fonction hagiographique, bien sûr, mais aussi étiologique : expliquer une série de « curiosités » du lieu par des anecdotes ou des miracles reliés à Abercius, « gloire locale » de la communauté chrétienne. On discute toujours des éléments de cette vie qui pourraient être historiques, mais la source principale est citée à la fin du texte : l’épitaphe de l’évêque, qui a de bonnes chances d’être authentique (on en a retrouvé des fragments gravés, non loin de sa cité). Ce texte « crypté » ou au moins allusif (nous sommes, sous Marc-Aurèle, à une époque de persécutions des chrétiens) fait allusion aux voyages d’Abercius à Rome et au Levant. Sur cette base, le texte du ive s. semble « broder » pour magnifier la figure du personnage et de sa ville.

La vie de Polycarpe, quant à elle, se veut davantage sur le modèle des biographies édifiantes des philosophes (comme celle d’Apollonios de Tyane par Philostrate), tout en restant fidèle aux codes de base du récit hagiographique. Composée par un bon connaisseur de la ville de Smyrne où vécut l’évêque, elle « ose » néanmoins un pieux détournement de la réalité historique : elle se place sous l’autorité de l’apôtre Paul pour fustiger les quatrodécimans, alors que les communautés johanniques du iie s. dont faisait partie Polycarpe défendaient cette manière de calculer la date de Pâques. L’A., sans doute d’origine syrienne, « récupère » l’évêque de Smyrne pour en faire un exemple pour les chrétiens de son temps, et aussi pour prolonger le texte déjà vénérable du Martyre de Polycarpe.

L’édition du texte traduit de ces deux vies est précédée d’une ample introd., suivie d’une bibliographie et d’index. — G. Kirsch

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80