Profession théologien. Quelle pensée chrétienne pour le XXIe siècle? Entretiens avec Gw. Jarczyk

Cl. Geffré
Theology - reviewer : Léon Renwart s.j.
Ce dialogue entre Claude Geffré et Gwendolin Jarczyk se divise en quatre parties. La première est une sorte d'introduction: elle présente le dominicain, directeur de l'École biblique et archéologique de Jérusalem. La dernière est une «conclusion utopique» sur une unité polyphonique. Les deux autres parties constituent l'essentiel du livre. Celui-ci est un effort pour décrire l'oeuvre du théologien et son travail de pensée dans un monde qui s'ouvre à l'oecuménisme entre Églises chrétiennes et, plus largement, entre toutes les religions du monde. Les auteurs du dialogue n'ignorent pas combien leur démarche aborde un terrain en grande partie inexploré et largement miné. Aussi procèdent-ils avec un grand souci de définir leurs pas en avant et d'en préciser la portée, à une époque où la théologie tend à devenir une herméneutique plus soucieuse de comprendre et d'interpréter que d'affirmer massivement des vérités, comme le faisait l'ancienne théologie dogmatique. Ils se savent l'objet d'une attention vigilante des instances romaines. Ils ont conscience aussi que, comme toute institution, celle-ci remarque plus facilement les à-peu-près et les faux pas rarement évitables par ceux et celles qui explorent de nouveaux domaines. Ils savent qu'il leur faut avancer à leurs risques et périls, en espérant que, s'ils trébuchent, ils trouveront quelqu'un pour les aider à se relever plutôt que pour contribuer à les abattre. Ils se rendent compte aussi que le péché d'omission qui consiste à répondre aux problèmes d'aujourd'hui avec les réponses valables pour hier, est plus grave et plus dangereux pour l'Église, même s'il est moins facile à détecter.
On lira avec grand intérêt ces pages, qui témoignent chez leurs deux auteurs d'une remarquable connaissance de l'évolution de la théologie, des systèmes philosophiques et des mouvements religieux de notre époque. On nous permettra toutefois une remarque. On peut certes écrire: «on n'aura jamais de démonstration satisfaisante de l'existence de Dieu et… nous ne pourrons répondre qu'au nom de la foi» (p. 40), car l'existence de Dieu ne sera jamais la conclusion d'un raisonnement apodictique et le Dieu chrétien fera toujours l'objet d'une révélation. Mais il nous paraît essentiel, à la suite de Joseph Maréchal († 1944) dans sa réfutation de Kant, de maintenir que l'esprit humain est nécessairement ouvert sur l'Absolu, car l'activité du jugement ne lui est possible que sous l'attrait de cet Absolu. Certes ce «point de départ» n'impose aucun système métaphysique déterminé, mais il exclut que l'on se dispense d'en avoir un. Est donc à rejeter toute présentation purement phénoménologique de croyances offertes au libre choix de chacun. - L. Renwart, S.J.

newsletter


the journal


NRT is a quarterly journal published by a group of Theology professors, under the supervision of the Society of Jesus in Brussels.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgium
Tél. +32 (0)2 739 34 80