The Johannine Footwashing as the Sign of Perfect Love. An Exegetical Study of John 13:1-20

Bincy Mathew
Holy Scripture - reviewer : Gonzague de Longcamp

Les études sur le chap. 13 de l’évangile selon st Jean ne manquent pas. Pourtant, elles ne se sont peut-être pas, selon l’A., concentrées sur l’essentiel. La question directrice se formule ainsi : comment comprendre le signe du lavement des pieds à partir de l’amour eis telos, affirmé dans le prologue du chapitre 13 ?

Pour répondre à cette question, l’A. entreprend une étude extrêmement structurée et précise. Il commence ainsi par un rapide status quaestionis sur le statut du lavement des pieds pour poser sa 1re pierre : le geste de Jésus renvoie à l’accomplissement du mystère pascal déjà inauguré dans l’avènement de l’heure du Christ. Le 2d point fort de cette étude réside dans l’analyse très pointue des gestes de lavement des pieds dans la culture biblique et gréco-romaine. Cela permet à l’A. de mettre en valeur le caractère unique du geste du Christ qui n’est pas d’abord celui du serviteur, mais précisément, celui du Maître et Seigneur, geste sans équivalent dans la culture environnante.

L’A. se trouve ainsi à pied d’œuvre pour mener son étude proprement textuelle. Dans l’analyse de la structure du texte, il défend deux points de vue principaux : l’unité littéraire de 13,1-38 et la structure chiastique de 13,1-20. La péricope se lit ainsi comme un chiasme à quatre membres, particulièrement pertinent. Cela permet à l’A. de dégager : 1) la corrélation entre l’amour eis telos et la mission des disciples ; 2) le contraste entre la révélation de cet amour et la brisure de la trahison ; 3) l’autorité du Christ manifesté dans le savoir et le faire ; 4) ainsi se dégage au centre du chiasme le diptyque du geste du lavement des pieds et son explication par l’hypodeigma. Cette analyse permet à l’A. de mettre en lumière la qualité de celui qui agit, le Christ, la motivation pascale de son acte et son implication pour les disciples. Elle offre donc une articulation particulièrement pertinente entre la christologie et l’ecclésiologie.

Tout au long des pages d’une particulière densité, le lecteur est guidé par un style simple, une structure ferme et des conclusions intermédiaires qui récapitulent les acquis sans redondance. Même s’il est pratiquement impossible d’imposer une structuration du chap. 13, tant les propositions sont multiples, on ne peut que reconnaître le sérieux et la pertinence de l’étude qui nous est présentée ici. Certaines affirmations pourront paraître trop rapides, mais le résultat de la recherche est incontestable et il est probable que cette étude fera date. — G. de Longcamp c.s.j.

newsletter


the journal


NRT is a quarterly journal published by a group of Theology professors, under the supervision of the Society of Jesus in Brussels.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgium
Tél. +32 (0)2 739 34 80