Gn 4,17 (la première ville) et ses commentaires

Didier Luciani
Le verset biblique racontant la fondation de la première ville est elliptique (Gn 4,17). L'histoire de son interprétation et de sa réception, ancienne et récente, permet-elle d'en déchiffrer le sens et fournit-elle des éléments pour penser, au plan anthropologique et théologique, la réalité urbaine ?

Le verset biblique

Un verset, dix-sept mots, cinquante-huit lettres (en hébreu). Il n’en faut pas plus à la Genèse (4,17) pour nous raconter, comme en passant, la construction de la première ville :

Et Caïn connut sa femme et elle fut enceinte et enfanta Hénok. Et il fut bâtissant une ville et il appela le nom de la ville comme le nom de son fils Hénok.

Il n’y a toutefois pas de quoi s’étonner : dans la Bible, les choses essentielles se disent en peu de mots et c’est souvent le laconisme même du verset qui parvient — surtout à propos des questions d’origine — à souligner l’importance de l’événement et à piquer la curiosité des lecteurs successifs. Avant de parcourir, dans cette brève contribution, quelques « morceaux choisis » et représentatifs de cette riche histoire de l’interprétation, il n’est sans doute pas inutile de resituer…

Pour lire la suite,

 Connectez-vous

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80