Correspondance 1939-1974, annot. M.-J. Rondeau, É. Fouilloux

Henri de Lubac s.j. Jean Daniélou (Card.)
Historia del pensamiento - reviewer : Bernard Joassart s.j.

On sait l’importance de toute correspondance échangée entre deux protagonistes pour la connaissance de leur carrière respective et très souvent de leur époque, surtout s’il s’agit de personnalités de l’envergure d’henri de Lubac et de Jean Daniélou.

Présentons tout d’abord le contenu du livre : une présentation de D. Bertrand ; un « témoignage » de M.-J. Rondeau qui rappelle les conditions dans lesquelles fut entreprise l’édition de cet échange épistolaire ; l’édition des lettres ; 5 annexes (dont on aurait aimé trouver le titre dans la table des matières) : 1. la « déclaration théologique » de Mgr de Solages, de mai 1947, tentative faite par le prélat afin de trouver un terrain d’entente entre ceux qui étaient soupçonnés d’être les « nouveaux théologiens » et leurs contradicteurs ; 2. une lettre de Lubac à Yves Simon (27 juillet 1947) ; 3. un petit dossier concernant la « discussion » entre Philipp Donnelly et Lubac à propos de Surnaturel ; 4. une « note sur la crise de 1950 » qui expose principalement le différend entre Lubac et Daniélou au sujet de leurs prises de position respectives dans l’affaire de la « nouvelle théologie » ; 5. cette note est suivie de l’édition de lettres de Lubac au P. d’Ouince, où celui-là expose son mécontentement (pour ne pas dire plus ; ses termes sont plus que sévères) à l’égard de Daniélou dans cette affaire et la direction des Sources chrétiennes.

Le corpus épistolaire proprement dit compte 221 lettres, dont seules 32 sont de Lubac, ce dernier ayant été meilleur archiviste que son interlocuteur. Il s’y trouve deux ensembles d’inégale ampleur : le premier, le plus abondant (193 lettres), va de 1939 à 1950 ; le second commence en 1956 et se termine peu avant le décès de Daniélou. À y regarder de près, c’est en définitive de Daniélou, au tempérament bouillonnant et parfois (souvent) imprévisible, dont on apprend le plus, en particulier à propos du lancement et du développement de la collection Sources chrétiennes et des difficultés qu’elle rencontra dans l’affaire de la « nouvelle théologie », la revue Dieu Vivant, la poursuite de Témoignage chrétien, Vatican ii, ses suites et les craintes éprouvées par Lubac et Daniélou après le Concile. Ce qui ne veut pas dire qu’on n’apprend rien à propos de Lubac, notamment au sujet des premières réactions à son Surnaturel (1946), ouvrage récemment réédité comme tome 11 de ses Œuvres complètes. Mais, en définitive, on est en droit de se demander si une telle correspondance trouvait sa place dans ces dites Œuvres complètes de Lubac.

La qualité des relations entre les deux hommes ne fut pas toujours au beau fixe. Jusqu’en 1950, on peut certes dire que leurs rapports furent fort cordiaux et amicaux, ce qui n’exclut pas…

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80