Dans son oeuvre, le poète Claude Vigée suggère, plutôt que de subir sa vie, de la danser. Alors il y a les danses de la jeunesse, celles de la première maturité et enfin, encore plus intéressante, celle de la grande maturité. Le mouvement est de grâce dans tous les sens du terme même s'il peut devenir grotesque - mais là encore, n'est-il pas sublime? - ou se transformer en «transe atroce», dans la douleur. Le Vivant suscite cette danse, toute pascale.

«Il y a deux sortes de gens», écrivait Maxence Fermine dans son premier roman. «Il y a ceux qui vivent, jouent et meurent. Et il y a ceux qui ne font jamais rien d’autre que se tenir en équilibre sur l’arrête de la vie. Il y a les acteurs. Et il y a les funambules.»1

Claude Vigée fait partie du monde des funambules de l’existence, lui qui note: «danseur sans corde errant sur l’abîme qui bâille/ chaque instant/ de nouveau/ perdu et/ retrouvé/ tu marches sans peser sur le fil du rasoir»2. Il se reconnaît «petit jongleur amoureux de l’éternité à venir», «jongleur au pied léger comme la sauterelle»3, «saltimbanque aux entrailles tordues par la terreur»4, «danseur», «danseur aux pieds en sang, déjà rebondissants»5, «pieux magicien moqueur», «sorcier béni du ciel et cynique aussitôt par trop de nostalgie», «pitre»6, «vieux clown rieur, trop…

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80