La paroisse, le manque de prêtres et la participation des laïcs à la vie et à la mission de l'Église

Pierre d'Ornellas (Mgr)
Comment un diocèse peut-il s'approprier la formule de saint Paul: «forts d'une pareille espérance, nous sommes pleins d'assurance», quand il manque cruellement de prêtres? Surtout si l'on sait que la paroisse, fondée sur l'Eucharistie, demeure le lieu privilégié de la vie chrétienne, et de la mission. La «grande espérance», selon l'expression de Benoît XVI, ouvre la voie de la nouvelle évangélisation qui est la juste perspective pour organiser la vie des paroisses, et qui redonne au diocèse une vraie estime du célibat «pour le Royaume».

La paroisse, cellule vitale du diocèse

Ma réflexion s’appuie sur la situation des diocèses de France. Quel que soit le nombre de prêtres, la paroisse demeure essentielle à la vie du diocèse. Le concile Vatican II l’enseigne: «Comme l’évêque dans son Église ne peut présider en personne à tout son troupeau, ni toujours ni partout, il doit nécessairement constituer des assemblées de fidèles, parmi lesquelles les plus importantes sont les paroisses, organisées localement sous un pasteur qui tient la place de l’évêque; car, d’une certaine manière, elles représentent l’Église visible établie dans l’univers1».

La paroisse, confiée au curé, est «comme la cellule» vitale d’une Église Particulière; le concile Vatican II souligne qu’elle «offre un exemple remarquable d’apostolat communautaire, car elle rassemble dans l’unité tout ce qui se trouve en…

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80