Carnets conciliaires de Mgr Gérard Philips secrétaire adjoint de la Commission doctrinale. Texte néerlandais avec tr. française et commentaires K. Schelkens, intr. L. Declerck

Col.
Storia - reviewer : Noëlle Hausman scm
Dans la brillante série des Carnets conciliaires dont la publication est devenue indispensable à l'interprétation de Vatican II, la présente brochure représente une pierre milliaire. Il s'agit de deux cahiers, numérotés XI et XII, retrouvés, après la mort de l'auteur, parmi ses notes de retraite, par le chanoine L.Declerck, ami de la famille; ils sont édités ici, dans leur texte néerlandais d'abord (3-78), leur traduction française ensuite (79-156). Les précieuses notes de K.Schelkens, rédigées en français, sont rejetées en fin de volume, et valent pour le texte original aussi bien que pour la traduction; un excellent index des personnes clôt l'ouvrage. L'introduction du Chanoine L. Declerck (l'»inventeur» de ces cahiers) met en lumière l'intérêt capital des deux «journaux», l'un courant du 8 avril au 2 juin 1963 (soit jusqu'à la fin de la première intersession du Concile), l'autre, du 14 novembre 1963 au 1er novembre 1965 (avec la plupart des pages consacrées à la Nota explicativa Praevia de Lumen gentium). Les connaisseurs du Concile y feront plus d'une trouvaille (la conception trinitaire du 1er chapitre du De Ecclesia, jugé «non théologique», 97-98; la paternité du chapitre VIII, «qui plus que tout le reste est mon oeuvre», 115); les observateurs de la vie religieuse seront frappés par la prescience de Mgr Philips (à propos de l'ouvrage célèbre du Cardinal L.-J. Suenens, Promotion apostolique de la religieuse: «la question demeure toutefois si l'on peut prioritairement, sinon exclusivement, définir la vie religieuse (active) à partir de l'apostolat…N'est-ce pas un pas vers la sécularisation des couvents?», 105); beaucoup découvriront l'humilité d'un théologien prêt à assumer ses responsabilités («ne pas ouvrir une grande bouche 'de loin' et se taire 'de près'», 126) et ses blessures («je ne suis pas au service du cardinal (Suenens), mais au service de l'Église et de la vérité», 130 cf. 140); tous surtout entreverront l'homme spirituel, placé malgré lui dans une position ambiguë (95), qui se trouve, in fine, «étonné» de ce qu'il a pu faire à Rome: «J'ai moins porté que je n'ai été porté…Il était parfois clair 'que j'avais quelque chose à dire' ou plus précisément: cela m'a été inspiré» (144). Depuis le Journal conciliaire d'Yves Congar, on n'avait plus entendu retentir de tels accents, catholiques. - N. Hausman scm

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80