Homosexuels et transgenres en Église. Une éthique repensée

Bernard Massarini
Morale e diritto - reviewer : Xavier Dijon s.j.

Bernard Massarini, prêtre lazariste, accompagne depuis longtemps des personnes homosexuelles et transgenres, se mettant au service de leur foi dans le Christ. Cette sympathie évangélique fait sans conteste la force de cet ouvrage, mais peut-être conduit-elle aussi ce pasteur à émousser les positions traditionnelles prises à l’encontre des pratiques homosexuelles. Qui pourrait d’ailleurs l’en blâmer lorsqu’on sait combien est délicate la distinction à maintenir entre, d’une part, la réprobation des comportements qui ne correspondent objectivement pas au plan de Dieu sur la créature humaine, d’autre part l’accueil inconditionnel des personnes amenées à adopter ces pratiques-là, distinction d’ailleurs judicieusement rappelée d’emblée dans la préface que signe Mgr Jean-Christophe Lagleize, évêque de Metz.

On appréciera donc en cet ouvrage à la fois le réel respect de ce fils de saint Vincent de Paul pour les personnes que leur orientation sexuelle a si souvent marginalisées dans la société et dans l’Église, de même que son indignation lorsqu’il rapporte les paroles et attitudes blessantes que des chrétiens ont tenues à leur égard. On saura gré également à l’A. d’avoir exposé, d’abord, échelonnées de 1975 à 2019, les prises de position du Magistère de l’Église en cette matière délicate (« Une parole d’Église en chemin »), ensuite les diverses associations de chrétiens qui s’aident mutuellement à vivre leur foi chrétienne dans leur condition sexuelle minoritaire (« Une Église déjà au service des personnes concernées par ces diverses affectivités »), et encore, à l’« Annexe A » de l’ouvrage, le texte du jésuite américain James Martin donnant « Quelques éclairages spirituels pour catholiques LGBT ». Mais on pourra aussi interroger la lecture particulière que fait B. Massarini des arguments philosophiques et théologiques déclinés au long de l’histoire pour rendre raison de la binarité sexuelle.

Tout se passe en effet comme si l’A., souhaitant favoriser l’accueil auquel ont droit les personnes homosexuelles et transgenres dans la vie quotidienne des communautés, cherchait – assurément en parfaite bonne foi – à rendre leur comportement objectivement moins illicite au plan des principes eux-mêmes. On peut certes comprendre cette tentation dans la mesure où les personnes concernées vivent leur étrange sexualité comme une condition qu’elles n’ont le plus souvent pas choisie elles-mêmes puisqu’elle s’impose à elles dès leur jeune âge : où donc se cacherait leur culpabilité ? demandent-elles, posant d’ailleurs cette question avec d’autant plus d’insistance que, jusqu’à présent, on ignore l’origine (biologique ? psychologique ?) de telles dysphories. Or il reste tout de même à voir si la mise en cause principielle de la sexualité comme appel spécifique et exclusif à la relation de l’homme et de la femme n’entraînera pas, pour l’ensemble du corps social, un dommage bien plus grand que son pur et simple respect. On voudrait le montrer, dans le cadre étroit de cette recension, à partir de la lecture que fait l’A., d’abord de l’Écriture sainte, ensuite de la tradition philosophique, enfin des mouvements présents dans la société contemporaine.

Plusieurs textes de l’Écriture sont abordés dans l’ouvrage, mais c’est en y indiquant que, malgré les apparences, ils n’impliquent pas nécessairement de faire peser une condamnation sur…

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80