L'art d'éduquer. Regard sur Thérèse d'Avila. Trad. E. Hass et Gr. Solari

Edith Stein
Spiritualità - reviewer : Noëlle Hausman scm
Trois textes de Soeur Thérèse-Bénédicte de la Croix sur sainte Thérèse nous sont présentés par les excellentes éditions Ad Solem: «Un maître dans l'art d'éduquer et de former: Thérèse de Jésus» (1935), de loin le plus substantiel (43-99); puis «Quelques livres nouveaux sur sainte Thérèse de Jésus» (1937), courte bibliographie commentée (101-119); plus brève encore (110-111), une recension présentant «Les oeuvres complètes de sainte Thérèse» dans leur nouvelle édition allemande (1938). L'introduction du Père Golay a l'immense mérite de montrer que la «rencontre» décisive d'Édith Stein avec Thérèse a été préparée de loin (par Scheler, Husserl, Reinach), mais aussi par la lecture phénoménologique, dès 1919, des Exercices spirituels, la méditation de l'Évangile, la fréquentation des oeuvres de Kierkegaard. La Vie de Thérèse d'Avila écrite par elle-même, qu'Édith Stein désigne certes, dans le texte publié ici, comme l'aboutissement de sa quête (en 1921), n'a pas été trouvée au hasard chez les Conrad-Martius, mais choisie dans la bibliothèque des Reinach et explorée un soir de solitude, dans cette maison des Conrad-Martius où sa première biographie plaçait l'événement.
Le Père Golay rappelle aussi ce qui demeure trop inaperçu aujourd'hui: «Il y a enfin un autre point commun à Thérèse et Édith: du sang juif coule dans leurs veines. Édith l'ignorait… N'y a-t-il pas là quelque chose qui a pu renforcer la 'connivence' entre (elles)»? (30-31). Pour en venir à la pensée d'É. Stein qui voyait l'éducation comme un travail de cocréation (48, 88) dont la direction spirituelle est l'essentiel (83), l'ancien professeur de Spire souligne combien cette action sur les âmes «ne se laisse pas saisir, sinon à travers des signes, par lesquels nous parviennent les rumeurs de l'oeuvre au noir en cours sous le voile des apparences» (89); c'est donc à la sainteté des filles de Thérèse qu'on appréciera la sainteté de leur Mère. On se souviendra alors que c'est une moniale formée par Anne de Jésus à Bruxelles qui sera l'une des fondatrices du Carmel de Cologne où Édith Stein entrera le 14 octobre 1933 (98). Et que Soeur Thérèse-Bénédicte de la Croix a été proclamée co-patronne de l'Europe par le Pape Jean-Paul II, le 2 octobre 1999. Thérèse d'Avila interprétée par Édith Stein: une source d'intelligibilité sur la transmission de la sanctification chrétienne à laquelle nous n'avons pas fini de puiser. - N. Hausman, S.C.M.

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80