Les croisades… au-delà des mythes

Daniel Elouard
Storia - reviewer : Noëlle Hausman scm
Comment les croisades sont-elles racontées aujourd'hui? Est-il possible d'écrire l'histoire des croisades? Entre ces deux questions se déroule ce brillant petit ouvrage, qui correspond parfaitement à son titre: les croisades, qui furent une trentaine (bien plus les huit «canoniques»), n'ont pas interrompu les fructueux échanges commerciaux avec l'Orient, ni les pèlerinages, et leurs conséquences n'ont provoqué, ni en Occident, ni en Orient, de bouleversement significatif… Après une telle entrée en matière, l'auteur situe l'état du monde en guerre, durant ces deux cents ans qui virent se succéder quarante-quatre papes ou antipapes; il décrit les groupes qui s'opposent (discrets comme les juifs, divisés comme les musulmans ou les chrétiens), et les fortes têtes qui cherchent au combat la plus belle des morts, trahissent et frappent cruellement les vaincus (dans tous les camps); il s'intéresse à la place tenue par les femmes (leur faux pouvoir) et la famille (les successions, les mariages): «on se bat pour une terre, une ville, non pour éliminer une religion car la tolérance est indispensable à la survie de chacun et à la prospérité commerciale» (88). Il souligne le rôle économique des puissants châteaux forts, destinés à accueillir dans un futur que personne ne connaît de véritables bourgades avec marchés et artisans (c'est ainsi que la chute d'Acre scelle le sort des croisades, bien plus que celle de Jérusalem, 111). Bref, pour écrire cette histoire, il faudrait quitter le parti pris français (qui veut notamment y voir le prélude à la grande colonisation missionnaire du XIXe siècle) et adopter le point de vue de Venise, ou des Génois, ou des Arabes (comme A. Maalouf), mais aussi, faire une histoire économique, une épopée religieuse, un récit des séismes, épidémies, tempêtes qui furent fondamentaux, y voir un tournant de l'art militaire…Mais les croisades ont alimenté tant de légendes vivantes, celle des Assassins, de l'Ordre des Templiers ou de l'Hôpital qu'il est difficile, jusqu'à aujourd'hui, de rendre raison d'un échec: c'est le propre désintérêt des Latins qui l'explique, plus que la puissance de leurs ennemis - «l'échec des Croisés (était) inéluctable, mais il n'apporte aucune leçon pour l'avenir» (157). Une courte bibliographie achève de montrer, textes d'époque à l'appui, qu'il est temps de revenir aux sources de ce temps. - N. Hausman scm

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80