Somme théologique. Le Verbe incarné en ses mystères. T. 3. La sortie du Christ de ce monde, 3a. Questions 46-52, éd. J.-P. Torrell, O.P.

Thomas d'Aquin
Teologia - Census taker : Alban Massie s.j.
Entre les questions sur la vie publique du Christ et sa résurrection et son ascension, celles que Thomas d'Aquin rédige sur la passion dans la Somme théologique constituent le coeur de sa doctrine sotériologique. Cet avant-dernier volume de la Tertia Pars consacré au Verbe incarné en ses mystères (avant l'étude des sacrements) est intitulé La sortie du Christ de ce monde. D'emblée la perspective sotériologique est placée dans la vision plus large d'une christologie qui enracine «l'agir du Christ dans sa constitution ontologique unique d'Homme-Dieu» (p. 10). Reprenant les affirmations du Credo, où le Christ est contemplé en sa passion (Q. 46-49), sa mort (Q. 50), sa mise au tombeau (Q. 51) et sa descente aux enfers (Q. 52), Th. réfléchit sur les «effets de la passion» (Q. 48-49). Celle-ci lui apparaît un sacrifice parce que le Christ «a souffert par amour» (Q. 48, a. 3, sol. 3, p. 137). La fécondité de cette charité s'appuie sur la communication des idiomes, principe qui régit la compréhension du salut chrétien et de la réconciliation universelle dans la satisfaction du Christ sur la croix. On comprend alors la place accordée dans ces développements à la contemplation du corps, ordonné à la résurrection et à la communion dans le «corps mystique» (cf. Q. 48, a. 1, rép.; a. 2, sol. 1).
Rappelons que cette série offerte par J.-P. Torrell présente une traduction et des notes différentes de celles proposées dans les petits fascicules bien connus de la Revue des jeunes. Les renseignements techniques prennent particulièrement en compte les avancées de la théologie de la rédemption et de la médiation du Christ. C'est ainsi que T. ouvre le dossier de la «responsabilité des notables juifs dans la passion du Christ» (Q. 47, a. 5-6) en fonction du développement opéré ces dernières années dans le dialogue entre Juifs et chrétiens. Deux autres études concernent «le mérite du Christ et les mérites du chrétiens» (cf. l'Adoro Te: «une seule goutte [du sang du Christ] suffirait à sauver le monde entier») et les notions de «satisfaction, sacrifice, rachat» (T. n'hésite pas à traduire redemptio par «rachat»). Au-delà des constructions conceptuelles de la rédemption, la doctrine thomassienne se révèle alors une véritable théologie biblique. - A. Massie sj

newsletter


the review


La NRT est une revue trimestrielle publiée par un groupe de professeurs de théologie, sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus à Bruxelles.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgique
Tél. +32 (0)2 739 34 80