Priestly word : the case of Moses

Florent Urfels
The committal of Old Testament revelation into writing made use of several channels : scribes of the royal court, prophets and their disciples, sages, priests. This article concentrates on the priestly mediation, starting from the emblematic figure of Moses. Having recalled the priestly origin of the Torah, we will show how the sacrificial cult and the theophany which it implies are indispensable for maintaining the living status of Scripture, especially within the framework of the synagogue liturgy. We conclude with some remarks on the concept of scriptural inspiration and its various forms of implementation within Judaism and Christianity.

Lorsqu’il y va de l’Ancien Testament, un préjugé fortement enraciné chez les chrétiens rattache la transmission de la Parole au prophétisme, cantonnant le sacerdoce à l’exécution tatillonne de rites périmés et inintelligibles. D’une manière générale, la figure du prophète est d’ailleurs plus sympathique que celle du prêtre. Contestataire de l’ordre établi, défenseur des pauvres, apôtre de la liberté individuelle, le prophète nous renvoie, comme en un jeu de miroirs, la conception que nous nous faisons de la religion « dans les limites de la simple raison ». En sens inverse, les prêtres d’Israël représentent tout ce que déteste notre société postmoderne : hiérarchie, sacrifices, transmission aristocratique du pouvoir, connivence avec le politique, intolérance religieuse… Or, quoiqu’il s’agisse avant tout d’une question de théologie…

To read more,

 Log in

newsletter


the journal


NRT is a quarterly journal published by a group of Theology professors, under the supervision of the Society of Jesus in Brussels.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgium
Tél. +32 (0)2 739 34 80