The chaplain’s presence to the act of euthanasia: What sort of ethical evaluation?

Xavier Dijon s.j.
In a country like Belgium, which has decriminalised euthanasia, social pressure puts Catholic chaplaincy teams in a delicate situation : must they not accompany the patient to the end, in other words as far as the act of euthanasia itself ? By drawing a comparison with related situations (death penalty and torture), the author answers in the negative. Then he criticises the argument drawn from the Passion of Christ and his descent into hell.

Depuis que la loi belge du 26 mai 2002 a dépénalisé l’euthanasie à certaines conditions1, le don de la mort aux patients en fin de vie (ou en situation de maladie incurable causant une souffrance inapaisable et insupportable) est devenu, au fil des années, une pratique de plus en plus admise, presqu’à l’égal d’un soin ordinaire2. Du même coup, les équipes d’aumônerie présentes dans les établissements de soins se trouvent coincées entre, d’une part, l’éthique chrétienne qui tient l’euthanasie comme « une grave violation de la loi de Dieu3 », d’autre part, la permission donnée par la loi au médecin d’accéder à la demande de mort formulée par le patient atteint d’une maladie grave et incurable. Ainsi, sous la pression d’un certain nombre de patients, de soignants et – plus largement – de citoyens, les représentants de l’Église sont invités…

newsletter


the journal


NRT is a quarterly journal published by a group of Theology professors, under the supervision of the Society of Jesus in Brussels.

contact


Nouvelle revue théologique
Boulevard Saint-Michel, 24
1040 Bruxelles, Belgium
Tél. +32 (0)2 739 34 80